Les Ténèbres envahissent les Lumières. Univers d'Harry Potter
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour. Le forum déménage. On vous attends http://forbiddenforest.forumactif.org

Partagez | 
 

 Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Basil O. Flaverty

avatar

Mini Photo : Capitaine
Messages : 87
Date d'inscription : 25/03/2012

Votre Sorcier
Rang Spécial: Capitaine Serdaigle un poil relou.
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]   Dim 22 Avr - 14:10

C'était surement l'une des journées les plus attendues du mois, et ce par tous les élèves de Poudlard : la sortie mensuelle à Pré-au-Lard. Et c'était bien normal. À force de rester enfermés dans le château, entre les cours, les ragots et les devoirs, la saturation finissait toujours par arriver, et alors, la sortie à Pré-au-Lard prenait des airs, non seulement de bouffées d'oxygène, mais de véritable phase de régénérescence essentielle et vitale au bon fonctionnement des neurones des élèves de Poudlard. Une manière de se ressourcer, de faire le vide, de respirer, de s'amuser. De vivre sa vie de jeunes étudiants. Pourtant, le village bien qu'exclusivement sorcier, et en cela plutôt original, n'était pas bien grand, et ne proposait pas tellement d'activités. Pour ainsi dire, le tour en était vite fait. Mais ce n'était pas le plus important. L'essentiel résidait dans le changement d'air. Le fait de sortir de l'enceinte du château et de voir autre chose. Enfin, « autre chose »... En septième année, Pré-au-Lard faisait déjà presque parti de Poudlard et de son quotidien. Les recoins de Derviche et Bang ainsi que de la confiserie enchantée Honeydukes n'avaient plus de secrets pour les vétérans de la Septième. Mais le plaisir de se promener dans ces petites ruelles pleines de magie, même si celles-ci étaient plutôt tranquilles avant que les élèves de Poudlard ne viennent les envahir, était le même. Comme traverser le lac sur une barque avant de se réchauffer dans la Grande Salle devant de grosses dindes et des jus de citrouilles frais, la première découverte de Pré-au-Lard et l'émerveillement suscité devant les vitrines magiques faisaient partie de ces souvenirs si délicieux et tellement immortels qu'ils en devenaient inclassables. Chacun, au fond de son cœur, se retrouvait dans ces instants précieux, et chacun, pourtant, l'avait vécu dans son être le plus intime, dans ce qu'il avait de plus cher. À Pré-au-Lard, comme à Poudlard, on se sentait sorcier. On sentait battre l'immense communauté jusque dans son propre corps, et on se sentait exister par soi-même.

C'était certainement l'explication rationnelle, psychologique et pourtant ignorée de tous, qui faisaient des sorties à Pré-au-Lard un événement si excitant et apprécié. C'était un peu comme la rentrée au mois de Septembre, bien que dans une moindre mesure, et de façon plus régulière car celles-ci avaient lieu tous les mois. La semaine qui précédait cette sortie était souvent saturée d'une atmosphère nerveuse et surexcitée, tendue par cette envie de sortir et de profiter du village magique, de refaire son stock de farces et de confiseries, de prendre un peu de temps pour soi pour flâner. En particulier chez les Septième année. Basil passait ses journées à prendre des airs de branleur officiel, à faire comme si les cours ne l'intéressaient pas, comme s'il n'avait absolument rien à faire de passer ses ASPICS à la fin de l'année, mais comme tous les autres étudiants de son année, et en particulier comme tous les Serdaigles, l'obtention de son année était un événement important qui rythmait ses journées, et il n'aurait su s'en cacher. Il continuait à se laisser aller dans les bêtises et les paris, il passait de nombreuses heures à culbuter sur son balais, à entraîner son équipe et à organiser des stratégies pour chacun des matchs qui se profilait devant lui, mais dans le fond, le reste de son temps, lorsqu'il n'était pas avec une fille, il le passait à travailler. Il n'était pas un acharné, mais il savait se montrer sérieux, presqu'angoissé, parfois, devant les examens à venir. Ainsi, sortir à Pré-au-Lard, c'était une manière de se détendre et d'assumer le fait que durant tout son samedi, il n'aurait pas à travailler, car c'était « Le week-end à Pré-au-Lard ». Et c'était bien agréable.

Vêtu d'un jean, d'un tee shirt et d'un sweat au couleur de l'équipe de Serdaigle, c'est-à-dire d'un bleu roi teinté d'argent, un aigle déployant ses ailes dans son dos, il marchait au côté de Liam, émergeait de sa nuit dans la fraicheur de la matinée. Il discutait de choses et d'autres, ça n'avait, comme à leur habitude, pas grand intérêt. De temps en temps, Basil poussait Liam du coude, histoire d'établir ce contact physique si cher à leurs yeux. Finalement, d'un commun accord ils s'engouffrèrent au Trois Balais, désireux d'une bonne Bierraubeurre. Madame Rosmerta les accueillit d'un grand sourire et les servit au bar. Alors qu'ils commençaient à la siroter, Basil aperçut, dans un coin, deux jolis minois qui ne lui étaient pas inconnus. Iliana et Angèle. Deux très beaux atouts pour la renommée de Poudlard. C'était curieux, d'après les clichés de rigueur, qu'une Serpentard et une Poufsouffle puissent se retrouver et échanger des propos amicaux, mais Basil savait que ces deux demoiselles s'appréciaient réellement. Leur goût pour sa propre personne semblait également s'accorder. Elles l'appréciaient probablement toutes les deux, mais aucune d'entre elles ne s'étaient décidées à craquer. Si Iliana, pendant quelques instants, mais ça n'avait pas duré. Cependant, loin d'être rancunières, ou même mesquines, les deux amies s'étaient fait un plaisir de le conserver parmi leurs amis.


*Surement pour profiter de mon beau visage, songea Basil *

Et, tout en souriant, il donna un coup de coude dans les côtes de Liam. Sans même le regarder, il lui souffla rapidement :


Deux femelles en vue. Elles sont cool, continua-t-il après un temps.

Il mourrait d'envie d'aller leur parler, il supportait mal l'idée que ces deux superbes créatures puissent se trouver à quelques mètres de lui sans qu'il tente sa chance. Il savait que le taux de réussite était particulièrement mauvais. Mais ça n'avait pas d'importance, car tout le plaisir était dans l'essai. Comme aurait dit ce cher Vicomte, tout le plaisir était dans la chasse plus que dans la victoire, ce qui tombait plutôt bien, les circonstances ayant poussé Basil à se spécialiser justement dans les tentatives plus que dans l'achèvement. De toute façon, il aimait bien Angèle. Iliana aussi, mais depuis qu'ils avaient rompu, leur amitié et leur complicité en avaient pâti. Bizarrement d'ailleurs, il n'aurait su mettre des mots sur ce que la présence d'Iliana lui faisait dorénavant ressentir. Mais ce n'était pas suffisamment fort pour l'empêcher de l'aborder une fois de plus, le regard empli d'intentions très nettes.
L'appel de la chair, de la femme, du sourire et du jeu étaient trop forts, Basil se sentait déjà partir. Il se sentait bien, là, au bar, il était sur son terrain, il savait qui il était, et surtout, il avait envie de se détendre. Surement à cause des phéromones, il sentait comme une forme d'excitation le gagnait, comme si le simple contact visuel avec ces si jolies filles le transformaient jusque dans son corps lui-même. Ses nerfs le titillaient, son cerveau s'embrouillaient tout en devenant à la fois paradoxalement d'une lucidité particulièrement pointu. Sa langue se déliait, et il se sentait prêt à dire n'importe quoi en l'échange d'un simple baiser. C'était aussi simple que cela, le chasseur le possédait, le mâle prenait le dessus.
Si Liam avait répondu à Basil, il ne l'écouta pas et il s'élança directement sur la table, sa Bierraubeurre à la main et son air très sur de lui au visage. Un joli et gentil sourire s'étira sur ses lèvres, et il passa une main dans ses mèches brunes pour les remettre en place, ou plutôt, pour leur donner ce petit aspect coiffé-décoiffé, symbole à la fois d'une négligence masculine et d'un soin pourtant porté à l'apparence.

Porté dans l'originalité, Basil attaque, sans plus de cérémonie. Les filles l'ont vu, elles ne se débarrasseront pas de lui :


Salut les filles ! J'suis avec Liam, on peut s'asseoir ?

Clair, franc, concis, efficace. La stratégie de Basil pouvait à peu près se résumer ainsi. Il ne craignait pas ni la honte ni la réponse qui pourrait lui être faite. Quoiqu'il eut pu arriver, il avait suffisamment confiance en lui pour savoir comment se sortir de n'importe quelle réplique, de n'importe quelle situa tion. Le dragueur devait avoir parmi ses armes et qualités la souplesse. Et Basil, fine langue aussi bien que puissant Poursuiveur, s'enorgueillissait de ce qu'il avait : sa belle et grande gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam McAvoy

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 25/03/2012

Votre Sorcier
Rang Spécial: Préfet des Serdaigles
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]   Mar 24 Avr - 18:53

Et voilà, la sortie tant attendue à Pré-au-Lard est arrivée, comme une délivrance, un petit peu d'oxygène entre deux interminables journées de cours et de révisions. Pour l'occasion, Liam a troqué sa passivité naturelle contre un certain enthousiasme. Il faut dire que les couloirs sentent bon la liberté et les élèves semblent tous sympathique, comme au retour du printemps. La sortie de Poudlard rend cette journée spéciale et hors de l'espace temps pour bon nombre de ceux qui ont le loisir de s'y rendre.
Les brutes épaisses se tiennent bien, les filles sentent les orchidées et les cancres se font oubliés. Il n'est pas question de se faire coller le jour de la sortie ! Bien entendu, c'est un jour qu'affectionnent les professeurs : quitte à faire de la vie des collés un enfer, autant le faire bien. Liam se souvient des quelques journées qu'il avait passées en retenu au lieu d'aller se boire une bonne bière. Les pires de sa vie. C'est comme être malade pendant les vacances scolaires et reprendre les cours guéri, en pleine forme. Écœurant.

Sages comme des images, les deux compères ont donc réussi à éviter la retenu lors du week-end de sortie. Le plus difficile est fait. Maintenant reste seulement à savoir à quel point ils vont se saouler dans une ambiance qui ne pourra être que festive ! Basil trépigne à côté de lui. Ils ont tous deux hâte de se rendre aux Trois Balais, leur QG officiel. Malgré la fraîcheur, tout le monde semble avoir chaud et malgré l'agitation, tout semble tourner au ralenti. Comme dans un rêve.
Ce simulacre de vérité réussi à tout le monde. Beaucoup de couples se forment lors de ces sorties et rien n'est plus facile que de se réconcilier avec sa petite amie qu'autour d'un café. Bref, tout devient facile. Pré-au-Lard ne laisse personne indifférent.

Le jeune Serdaigle sort de son rêve éveillé lorsqu'il parvient devant la porte de la taverne aux côtés de Basil. Sa gorge réclame la chaleur et la douceur d'une bonne bière ! Cela fait bien trop longtemps que les deux amis ne se sont pas trouvé face à face, séparés par deux pintes. Ce qui doit arriver arrive : ils s'assoient et commencent à boire. Mais rapidement Basil interpelle Liam au sujet de deux jeunes filles qui se trouvent dans le bar, non loin d'eux. Rien d'extraordinaire à cela : le tout Poudlard se réuni en ce haut lieu de débauche !
Le jeune homme fait quand même l'effort de tourner la tête vers les deux protagonistes qu'a repérées son acolyte. Il s'agit d'Angèle et Iliana. D 'après ce qu'il lui a raconté, Basil est sorti avec l'une d'elle et avait grandement envie d'en faire de même avec l'autre. Son meilleur pote dans toute sa splendeur quoi !
Comme à son habitude, il se lève avant que Liam n'ai eu le temps de répondre quoi que ce soit. Il ne laisse jamais le temps aux informations de montrer jusqu'au petit cerveau de son comparse ce qui augmente l'impression que Liam est complètement à la masse. Aussi lent que son ami est rapide.

Quand faut y'aller, marmonne-t-il.

Liam emboîte le pas à son compagnon de jeu. Les demoiselles les ont repérés mais Basil qui ne leur laisse pas le temps de s'exprimer demande directement s'ils peuvent tous deux se joindre à elles. Le jeune homme resté en retrait attend. Il connaît assez bien Angèle pour pouvoir affirmer qu'il l'apprécie et que c'est réciproque. Quant à Iliana, il la trouve plutôt belle mais comme il fait parti de ces gens qui peuvent en croiser d'autre de nombreuses fois sans jamais parvenir vraiment à leur parler, il ne saurait dire qui elle est ou ce qu'elle aime...
Son verre dans la main droite, il leur fait signe de la main gauche.

Salut.

Dans le genre concis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angèle Yaxley

avatar

Messages : 1385
Date d'inscription : 09/05/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial: 1.Team Nathangèle 2.Team Mily 3.Team Rick, le psychopathe
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]   Mar 24 Avr - 22:35

Je passe une main dans ma chevelure brune, et tente de profiter un maximum de l’eau brûlante, glissant sur mon corps. Une nouvelle fois, je perds totalement la notion du temps, et finit par fermer les yeux, me concentrant simplement sur le bruit de la douche. Aujourd’hui, je ne suis pas obligée de me presser pour arriver à l’heure au petit-déjeuner, ou bien pour aller en cours : Je suis en week-end, et ça fait vraiment du bien… Pour couronner le tout, pendant ces deux jours de repos, j’ai le droit de faire une petite virée aux alentours de Poudlard, à Pré-au-Lard je crois… La vérité, c’est que je suis totalement excitée, et emballée, à l’idée d’avoir quelques heures juste pour m’amuser, décompresser, et surtout, pour découvrir un lieu qui semble réellement être apprécié de tous les élèves. Et puis, je dois bien avouer que cette cabane hurlante m’intrigue au plus haut point, j’ai vraiment envie d’aller la voir de plus près : Ouais, je suis une vraie aventurière, et je n’ai presque pas peur des fantômes, et autres créatures! Franchement, je suis bien contente de devoir finir mes études ici ; L’ambiance à Durmstrang était loin d’être la même, et les professeurs n’étaient pas aussi cool, et compréhensif. Bref, il m’est impossible de cacher mon enthousiasme, et mon impatience : J’ai l’impression d’être à nouveau la petite fille qui attendait que papa rentre du « boulot », après deux semaines, ou plus, d’absences…
Après un certain temps, j’ouvre les paupières, et essaie tant bien que mal de revenir à la réalité, chassant ces quelques pensées de mon esprit : Je ne compte pas pourrir mon week-end en me plongeant dans de vieux souvenirs, douloureux et pénibles. En plus, je dois retrouver Iliana pour que l’on passe un petit moment ensemble, entre amies, et qu’elle me fasse découvrir le village. D’ailleurs, quelle heure est-il?
[…]
Je regarde la maison qui se tient devant moi, et grimace légèrement. Bon, j’avoue, la cabane hurlante, censée être la plus hantée de Grande-Bretagne, ne me donne pas tellement envie de la visiter, de l’explorer, bien au contraire. A l’évidence, je ne suis pas assez courageuse pour affronter les fantômes, et autres démons, habitant cette demeure, cette ruine devrais-je dire… Je détourne donc rapidement le regard, et finit par reporter mon entière attention sur la jeune fille qui m’accompagne. Je me mordille légèrement la lèvre, et explique d’un ton naturel que
« ce n’est pas tellement le moment pour visiter ce palace, et surtout, pour rendre visite aux chers amis du Baron Sanglant ». Après avoir partagé un petit moment de rire avec Lily, nous décidons d’aller prendre un verre dans l’un des bars du village : Il n’est pas tellement grand, mais il y a des choses fabuleuses, et je suis presque sûre que mes yeux doivent pétiller par moment.
Nous marchons quelques minutes, puis mon amie Poufsouffle pénètre dans la taverne des Trois Balais, point de rassemblement de la plupart des élèves de Poudlard. Nous nous installons très vite à l’une des tables, quelques peu reculée par rapport aux autres, et commençons à papoter, de choses et d’autres, de trucs de filles. Quelques fois, je jette un coup d’œil autour de nous, et je dois bien avouer que le regard des autres élèves me fait rire, vraiment. Ils n’ont pas l’air de comprendre pourquoi deux élèves de maisons aussi différentes sont amies ; Il est vrai que c’est une chose plutôt rare, et au vu des rivalités au sein du château, ça peut paraître complètement bizarre pour certains, inapproprié pour d’autres, ou bien stupides. Pour être totalement franche, je n’ai jamais compris cet état d’esprit, cette compétition entre les uns et les autres, je suis plutôt du genre à parler avec tout le monde, à ne pas faire de différence. Autant dire que la cérémonie de répartition a été un grand choc pour moi, même si je savais plus ou moins à quoi m’attendre. Bref, j’apprécie beaucoup Lily, nous nous ressemblons beaucoup sur certains points, et je compte bien tenter de conserver cette amitié le plus longtemps possible. Oubliée l’époque où je ne savais pas si je devais accorder ma confiance à la jolie blonde, à cause de son lien avec Nathaniél Auderic. Complètement oubliée, et c’est tant mieux!
[…]
Je ne peux retenir plus longtemps un grand éclat de rire. Depuis maintenant une bonne dizaine de minutes, Lily tente de me faire comprendre une notion de botanique, mais… Le résultat n’est toujours pas favorable, et je crois que je suis vraiment irrécupérable dans ce domaine. Malheureusement, les examens de fin d’année approchent, et je ne suis pas dispensée d’épreuves dans la matière que je déteste le plus : Autant dire que la note ne va pas voler très haut, et que ce sera un échec total si je n’arrive pas à me concentrer un peu plus sur les plantes. Pff, pourquoi cette matière existe-t-elle déjà? D’ailleurs, je ne sais même pas comment nous sommes venus à parler de nos cours, des futurs examens, ce genre de choses… Pour tout dire, même lorsque je suis en repos, j’ai tendance à ressasser certaines choses, et à stresser, encore et encore. Je remercie Iliana, pour le temps qu’elle a passé à tenter de m’expliquer la différence entre plusieurs herbes, puis finit par lui lancer :


- Pour être franche, je suis totalement perdue, je n’ai franchement pas la main verte… Je déteste la botanique. Je vais devoir me trouver un prof particulier pour réussir les examens…

Un petit sourire s’affiche sur mon visage, tandis que je trempe les lèvres dans ma boisson sucrée. A peine quelques secondes plus tard, mon regard se pose sur deux garçons que je connais plutôt bien ,et qui s’approchent d’un pas décidé de notre table : Basil et Liam. Je jette un petit coup d’œil à Iliana, et finit par lui murmurer, « regarde, les strip-teaseurs du dimanche arrivent… ». Mon sourire s’agrandit quand Basil prend la parole, demandant l’autorisation de se joindre à nous. Je ne peux m’empêcher de le regarder fixement, sachant pertinemment que quel que soit la réponse, il fera ce qu’il veut.

- Hum… L’un de vous est-il doué en botanique ?

Une petite moue apparaît sur mon visage d’ange, tandis que je débarrasse la chaise à côté de moi. Je ne sais pas vraiment pourquoi je leur pose la question, peut-être parce qu’ils sont en septième année, et surtout chez Serdaigle, mais… Je crois que je ferais mieux d’éviter ce genre de propos, surtout en présence d’un séducteur comme Basil ; Depuis qu’il s’est mis en tête de me charmer, ou quelque chose comme ça, je le sens presque près à tout pour arriver à ses fins, même si c’est assez drôle au final. Quand à Liam, je sais qu’il relève tous les défis sans broncher, et qu’il est plutôt du genre réservé. Je l’aime bien. Son acolyte aussi, mais ce n’est pas vraiment la même chose.
Après un autre regard vers l’une de mes plus proches amies, je pousse un léger soupire, et finit par répondre, d’un ton léger :


"Laissez tomber… Salut, au fait… Hm, je suis pratiquement sûre que même si l’on te dit que nous voulons rester entre filles, tu trouveras un moyen pour t’incruster." Bien entendu, mes paroles sont plutôt destinées à Basil, et je vais même jusqu’à lui tirer la langue : Je ne suis pas méchante, et généralement, je prends les choses avec humour, légèreté. J‘espère qu‘il en sera de même pour lui, aujourd’hui. Après quelques secondes de silence, je porte désormais mon attention sur Liam, aussi mystérieux que charmant. Je lui adresse un petit sourire amical, et décide de rajouter : "Ce sera donc avec grand plaisir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iliana E. Evans

avatar

Mini Photo :
Messages : 82
Date d'inscription : 25/07/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial: boulette-en-chef, sauveuse de l'humanité, Cupidon officielle de l'école, meneuse du mouvement Bisounours de Poudlard, porte-parole de la Résistance-secrète-pas-secrète, VFV, dirigeante du club des Amateurs de Massue, et de celui
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]   Lun 7 Mai - 23:15

L’avis avait été placardé sur le tableau d’affichage de chaque Maison un peu plus tôt dans la semaine : dimanche vingt-deux avril, aurait lieu l’hebdomadaire sortie à Pré-au-Lard.
Pour ne pas déroger à la règle, cette annonce avait secoué l’école d’une subite vague de frénésie. Chacun y était alors allé de sa réaction, prétendant qu’il resterait cloîtré au château pour apprendre par cœur son livre des « Sorts et enchantements, niveau sept » ou qu’au contraire, il profiterait à fond de cette expédition au village, ne supportant plus d’être bouclé vingt-quatre heures sur vingt-quatre entre les quatre murs de l’établissement.
Iliana Evans, elle, était restée plutôt neutre face à la nouvelle. Elle s’était plantée devant le panneau d’affichage, – bon, ok, s’était dressée sur la pointe des pieds pour lire par-dessus l’épaule d’un quatrième année, mais chut - avait affiché un petit sourire réjoui parfaitement adapté aux circonstances, puis avait tourné les talons et quitté la salle commune des Poufsouffle, de sa démarche naturellement presque sautillante. Elle avait ensuite été trouver Ange, et lui avait proposé avec un large sourire radieux de passer cette journée avec elle, entre filles – chose qu’avait par la suite vivement approuvé cette dernière.

Ange, comme… Angèle Yaxley, me dites-vous ? Parfaitement, oui. Cela vous étonne ? Il est vrai que, selon les clichés en vogue à l’école, une Poufsouffle née-moldue n’est pas censée fréquenter une Serpentard issue d’une lignée aussi pure. Néanmoins… les deux jeunes femmes n’ont jamais prêté grande attention à ce genre d’idées reçues. Ainsi Lily ne s’était-elle jamais dit « Pouah ! Une Serpentard ! Vade Retro, vilaine ! », de même qu’Angèle n’avait jamais songé – du moins ainsi que le conçoit l’irlandaise, et sans doute à juste titre – « Aw ! Une Sang-de-Bourbe ! Elle doit sentir mauvais sous la pluie ! »
Enfin, vous l’aurez compris, Angèle et Iliana avaient toujours eu une relation, si ce n’est amicale, cordiale. Elles se toléraient parfaitement, se parlaient de temps à autres – notamment de Nathaniel Auderic, d’ailleurs – mais sans plus. Et puis le temps avait passé, et les deux demoiselles avaient appris à se connaître, pour au final oublier toute leur méfiance d’antan et devenir d’excellentes amies. A tel point que cela n’avait véritablement surpris personne lorsque l’on avait aperçu la blonde et la brune vagabonder côte à côte à travers les rues du village.

Elles avaient commencé leur journée sur les chapeaux de roues, en se rendant dans les hauteurs du village (ou plus précisément dans un coin reculé du parc de l’école) puisqu’Angèle avait absolument voulu voir la Cabane Hurlante, s’attendant sans doute là à une véritable petite merveille architecturale.
Elles étaient restées plantées devant un court instant, admirant – en admettant qu’on puisse jamais « admirer » la Cabane Hurlante – la vieille bâtisse en silence. Puis Ange en était venue d’elle-même à la conclusion que ce lieu ne semblait pas être un endroit des plus fréquentables et qu’elle n’était pas certaine de vouloir aller l’explorer plus en profondeur afin de rendre visite aux « amis du Baron Sanglant » - ce à quoi Lily avait répondu dans un éclat de rire qu’au moins, le fantôme de sa maison avait sans aucun doute de meilleures fréquentations.
D’un commun accord – bon, certes, Lily avait un peu fait pencher la balance en sa faveur en vantant ouvertement les mérites d’une bonne bièraubeurre – les deux amies avaient ensuite décidé de se rendre au modeste bar des Trois Balais afin de se remettre de leurs émotions, et étaient donc descendues dans l’artère principale du village à cette intention.
Tout en cheminant à travers le dédale des rues aux côtés de la Serpentarde et en se perdant dans la contemplation des vitrines des rares boutiques longeant leur route, Lily se mit à songer à la première fois qu’elle s’était rendue ici avec un petit sourire.

Quel âge avait-elle à l’époque ? Treize ans, un peu plus, un peu moins ? Pour tout dire, elle n’en garde pas un souvenir particulièrement précis – voyez-vous, ce n’est pas cela qui l’a le plus marquée lors de cette sortie... Ce qui est en revanche certain, c’est qu’elle était toute petite et sautillante – oui, plus encore qu’aujourd’hui – et qu’elle s’était tellement émerveillée devant les quelques commerces présents au sein du village qu’elle avait eu peur d’en perdre sa mâchoire.
Depuis ce jour, elle s’était mise à attendre les sorties à Pré-au-Lard avec une impatience non mesurée, stagnant pendant des minutes entières devant le tableau d’affichage le temps que le professeur Chourave finisse d’y placarder la fameuse annonce – bah oui, sait-on jamais qu’elle la retire au dernier moment, dans un élan de fourberie ! – puis, lorsqu’enfin était venu le temps de la ‘libération’, courant comme une dératée à travers les rues du village pour rejoindre le point de rendez-vous du jour.
Elle ne saurait, aujourd’hui encore, vous dire quel est son endroit préféré au sein du village. Elle adore tout ici, que ce soit les échoppes, l’atmosphère, les habitants… Pré-au-Lard est le premier village exclusivement sorcier dans lequel elle ait jamais mis les pieds, et elle n’est pas prête de l’oublier ! Pas plus d’ailleurs que sa rencontre avec son grand frère de cœur, le fameux Nathan, qui avait eu lieu des années auparavant dans cette même rue que les deux demoiselles arpentaient désormais.
Oui, Pré-au-Lard, c’est un flot de souvenirs indescriptibles. Positifs, tous. Puissants, aussi. Jusqu’à ce jour, jamais Lily n’a été déçue par une expédition dans le village – pas même celle où, pas plus tard que l’année précédente, ils s’étaient tous retrouvés dans ce vieux bar miteux nommé « la Tête de Sanglier » pour causer défense contre les forces du Mal et Grande Inquisitrice – et ça n’est pas prêt de commencer maintenant…

S’extirpant subitement hors de ses pensées, Lily pousse doucement la porte des Trois Balais, franchit le seuil du bar, et se fait immédiatement happer par l’ambiance conviviale des lieux. C’est ça aussi, Pré-au-Lard : son bar, ou plutôt son haut lieu de rassemblement pour tous les élèves de Poudlard.

[…]

« Ah ? Tu les trouves différentes, toi, les racines ? »

Le nez collé contre son bouquin, Iliana inspecte la plante d’un air perplexe sous un angle, puis sous un autre, déjà bien moins évident. Elle vient tout juste de demander à Angèle comment différencier deux plantes souvent abordées lors des examens, et s’est alors retrouvée confrontée à un argument pour le moins… inattendu.
Sourcils froncés, elle cherche désespérément dans la marge du livre une éventuelle note sur des racines un peu plus rouges pour l’une des plantes que l’autre, mais n’y trouve rien – oui, même en lisant attentivement entre les lignes. Elle en vient donc à deux conclusions : soit Angèle est un cas désespéré en botanique, – désolée pour elle – soit elle est, tout au contraire, un véritable génie venant de découvrir une nouvelle propriété à une quelconque plante exotique que même les plus brillants herboristes n’ont jamais relevé… Jusque-là. Mais, et sans trop savoir pourquoi, Lily a plutôt tendance à se tourner vers la première suggestion. Sans vouloir nullement enfoncer Angèle, hein, juste parce qu’elle essaye de lui inculquer cette même notion depuis plus d’une dizaine de minutes… Sans grands résultats, de toute évidence. Chose que la principale concernée finit elle-même par relever en déclarant :

« Pour être franche, je suis totalement perdue, je n’ai franchement pas la main verte… Je déteste la botanique. Je vais devoir me trouver un prof particulier pour réussir les examens… »

Lily, vexée dans son orgueil de super-sauveuse-de-l’humanité-hors-pair, se prépare alors naturellement à répliquer, quitte à se lancer dans une longue argumentation sur les bienfaits du soutien entre les élèves, « parfois plus efficace que le meilleur professeur du Monde », prétendrait-elle sans doute dans sa quête de reconnaissance. Elle n’a cependant rien le temps d’y redire, puisque sa camarade se met soudainement à fixer on-ne-sait-trop-quoi dans son dos avec un petit sourire et murmure :

« Regarde, les strip-teaseurs du dimanche arrivent… ».

Hein ? Quoi ? Toujours en pleine méditation sur l’argumentation imparable qu’elle va prochainement déballer à la Serpentarde, Lily est un peu à côté de la plaque. Elle n’a même pas le réflexe de se retourner, ne serait-ce que par instinct de survie, pour voir les deux zigotos débarquer. Non, à la place, elle ferme sèchement son manuel et le fourre dans son sac – elle réfléchira mieux s’il y a moins de choses sur la table, vous répondrait-elle si jamais vous lui demandiez pourquoi elle a fait ça. De la logique à la Lily, quoi… - et retourne à son profond débat interne comme si elle n’avait jamais été interrompue.

« Salut les filles ! J'suis avec Liam, on peut s'asseoir ? »

AHHHHHHHHHHHH ! La demoiselle, cette fois-ci, frôle la crise cardiaque. Qui est ce malotru pour se faufiler de la sorte dans son dos et prendre subitement la parole, sans prévenir personne ? A-t-il songé à son petit cœur fragile, hein ? Espèce de criminel ! D’assassin ! De… Basil Flaverty. Naturellement accompagné de son fidèle compagnon Liam.
La jeune femme soupire et, remise de ses émotions, consent enfin à pivoter sur sa chaise pour leur faire face – affichant au passage un petit sourire presque victorieux en constatant qu’elle ne s’est nullement trompée sur l’identité de son « agresseur ». Haha, trop forte. Ce n’est presque plus drôle.
Quoique… ça pourrait facilement le devenir, si elle lui met encore un de ces vents mémorables comme elle ne cesse de lui en flanquer depuis qu’ils ont… rompu, oui (oui, vous avez bien lu, Iliana Evans est sortie avec Basil Flaverty. « J’étais jeune et innocente », vous répondrait-elle alors si jamais vous lui posiez la question). Néanmoins, une fois de plus, Angèle la coiffe au poteau en demandant si l’un des deux jeunes hommes est doué en botanique.
Lily réprime un éclat de rire. Si un de ces deux amuseurs de galerie professionnels réussit à lui faire comprendre la vertu qu’elle tente de lui inculquer depuis près d’un quart d’heure sans succès, elle est prête à faire un strip-tease ici-même. Quoique, non, non en fait…

« Laissez tomber… Salut, au fait… Hm, je suis pratiquement sûre que même si l’on te dit que nous voulons rester entre filles, tu trouveras un moyen pour t’incruster… Ce sera donc avec grand plaisir. »

Ah, merci Ange, tu m’arranges bien avec ma conscience sur ce coup-là. Quoique… Quoi ? Tu vas vraiment les laisser s’incruster comme ça, sans broncher ? Haaan, mais c’est pas drôle ! Bon, tant pis…
Ravalant ses instincts malicieux, Lily fait la moue mais entreprend de débarrasser la chaise à côté d’elle à son tour – décidément trop obligeante ! Elle fixe ensuite alternativement les deux jeunes hommes, les salue avec un petit sourire à l’intention de chacun, mais ne peut s’empêcher d’ajouter d’un air angélique :

« Mouais, avec grand plaisir, c’est vite dit hein ! »

Elle connaît bien Basil, et sait qu’il saura qu’elle blague. Et même si elle se doute que son compatriote est tout aussi ouvert d’esprit – et aussi parce qu’elle n’a pas envie d’essuyer un regard noir de la part d’Angèle, après elle va passer pour une vilaine (a) – elle rajoute presque immédiatement :

« Boooooh, je rigole, installez-vous ! Je me serai bien portée volontaire pour aller vous chercher des boissons, mais vu mon sens rare et incontesté de l’équilibre, je ne suis pas certaine que ce soit une bonne idée… »

Et comme après chacune de ses tirades du genre, elle ne peut s’empêcher de rajouter à cela son sourire le plus ilianesque possible… Oui, décidément, en ce dimanche vingt-deux avril, assise dans un bar en compagnie d’une de ses plus proches amies et de deux garçons qu’elle apprécie – oui, car elle ne doute pas qu’elle appréciera Liam, si elle peut supporter Basil et Nathan, elle peut tout supporter vous dira-t-elle d’un air rayonnant - Iliana Evans est au top de sa forme !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Basil O. Flaverty

avatar

Mini Photo : Capitaine
Messages : 87
Date d'inscription : 25/03/2012

Votre Sorcier
Rang Spécial: Capitaine Serdaigle un poil relou.
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]   Sam 12 Mai - 15:35

Basil savoure tranquillement la réaction des deux demoiselles. Leur réaction face à sa personne. Le plus important, dans le fond. « Esse est percipi », être c'est être perçu. Oui, encore une fois, c'était quand les regards se portaient sur lui, peu importait le jugement qui les portait, que Basil se sentait « être ». Exister. Forcément, au milieu de toute sa fratrie, c'était toujours le plus con ou le plus bruyant qu'on remarquait et qui gagnait cet immense honneur d'  « exister ». Quelle chance pour Basil, c'était souvent lui ! Et sa nature l'avait également doté de nombreux autres défauts, qualités selon certains points de vue excentriques, qui lui permettaient de capter tous ces regards qui lui étaient si chers assez facilement. En particulier, parce qu'il n'était pas laid. Basil jette un regard circulaire dans la salle des Trois Balais. Personne d'autre ne fait attention à eux. Forcément, puisqu'ils parlent à voix normale et que personne n'est nue (pas encore ahah). Mais Basil se rappelle de ce fameux samedi, en quatrième année, où des épices de toutes sortes, du poivre, du sel, s'étaient mystérieusement retrouvés dans toutes les bierraubeures et consommations de la journée.Comme par magie ! Et comme par magie, Basil et Liam s'étaient vus, tout aussi mystérieusement, retirer leur permission de sortie jusqu'à la fin de leur année. Bizarre. Enfin, ça en valait largement la peine, mais cette sanction était peut-être l'une des rares qui avait pu les affecter un tant soit peu. Depuis, ils prenaient garde à ne pas se faire chopper quand il s'agissait d'une farce hors de Poudlard (à Pré-au-Lard, donc.)
Rapidement, il sent la présence de Liam dans son dos. Tout va bien. Avec Liam, il est invincible. C'est évidemment, et cela se voit. Sa posture se fait plus solide, son sourire s'élargit et il s'assoit, très spontanément, avec vivacité sur la chaise que vient à peine de libérer Angèle. Ah cette Angèle, qui commence à le connaître plutôt bien. Il glousse doucement, et lui jetant un regard en coin lui répond :


Bingo !

Ses lèvres se crispent dans une petite grimace plutôt amusée et, pour nuancer son propos, claque les doigts d'une façon très particulière qui respire la vulgarité. Puis, il se tourne vers Iliana, suite à sa remarque, et lui jette un regard faussement courroucé. Il a compris qu'elle plaisantait, elle aussi le comprendra. Après tout, d'une manière absolument inexplicable, il y a eu, et il y a encore, une forme de connexion entre eux. Leurs non-dits, ils les savent toujours, ils les sentent. C'est probablement à cause de cette impression d'être systématiquement transparent face à l'autre qu'il y a cette espèce de gêne, embarras dont ils aimeraient pourtant, aussi bien l'un que l'autre, se débarrasser. Du moins, c'est ce qu'en pense Basil, sans avoir été jusqu'à mettre cette théorie en phrases et en mots.

Alors comme ça vous avez des problèmes en botanique ?

Bon, en toute honnêteté, Basil était lui-même capable de se rendre compte que les cours de Botanique, d'autant plus menés par le Professeur Chourave, n'étaient pas le sujet de discussion le plus sexy dont il était capable. Enfin cela dit, il pouvait mettre en avant pour sa défense que ce n'était pas lui qui l'avait lancé, ce sujet, mais Angèle, qui lui avait ouvertement posé la question. Il se penche tranquillement vers elle et, prenant une voix suave et délicieusement pleine de tous les sous-entendus les plus compréhensibles, il ajouta :

C'est bien possible que j'me débrouille...

Haussement de sourcils équivoque. Sourire charmeur, excité, volontairement provocant. Il est bon d'être entouré de tant de gens qui comprennent le second degrés ! Cela dit, Ange, Basil l'espère bien, est au courant de tout ce qu'elle est en droit de lui demander et plus si affinités, bien évidemment. Basil se redresse rapidement, brisant immédiatement le semblant d'atmosphère suave que sa testostérone d'adolescent s'efforce de maintenir, et il rit, de son rire ouvert, franc et bruyant. Ce genre de rire qui met bien tout le monde.
Et puis, Basil, pour une fois, ne fait pas que mentir. C'est bien vrai qu'il se « débrouille » en Botanique, puisque c'est l'un des ASPIC qu'il suit, ayant obtenu un Effort Exceptionnel aux BUSE. Une petite fierté. D'où peut bien provenir cette main verte ? Mystère absolu, même pour lui, même pour Liam, ceci n'ayant pas réellement été l'objet de défi, contrairement à l'ASPIC de Divination qu'ils suivent tous les deux, pour leur plus grand ennui («
 Naaan, mais c'est pas vrai, j'adore le thé ! », « Les feuilles, je les lis pas, je les mange ! »). En tout cas, dominant par sa position de Septième que venait doubler son érudition de Serdaigle, Basil se sentait bien placé pour pouvoir donner quelques cours. Sa charge de travail personnel n'avait jamais été sérieusement un problème, du moins jamais un problème reconnu en tant que tel, et s'il s'agissait de passer quelques heures en tête avec une charmante jeune fille.. Enfin, surtout Angèle, parce que même s'il appréciait beaucoup Iliana, il n'était pas spécialement préparé à tenter quoique ce soit avec elle. Les petites piques qu'il pouvait bien lui lancer sur sa féminité se cantonnaient à une amitié complice, et n'avait donc pas réellement leur place dans un processus de séduction sérieux. Alors qu'avec Angèle, c'était différent, puisqu'il ne désespérait pas de saisir sa chance un jour ou l'autre.
Il se tourne vers la Poufsouffle et lui lance, parce qu'il aime bien quand même :


Ça va Lily ? Tu te remets de tes émotions ?

La surprise qui a secoué son corps à l'écoute de la voix mélodieuse de Basil l'a particulièrement flatté. Normal. Il rigole encore, un peu moins fort puis guette le regard de Liam. Les bases de la traque sont lancées. Chaque geste, chaque parole, c'est un pas, en avant ou en arrière, vers le lit d'une des filles. Basil en est intimement persuadé. Sa conception de l'amour mixte ne compte pas face aux belles plastiques que lui présentent les deux Sixième année. Son intellect et son corps, gorgés d'hormones, en sont absolument incapables, c'est aussi simple que ça. Et Basil ne vit que d'optimisme et de bonne humeur, c'est bien connu. Alors non, il ne se démonte pas, la chasse est ouverte.
Et s'il est suffisamment intelligent pour profiter de chacune des étapes qui le séparent de l'abattement du gibier, même celles qui semblent complètement s'éloigner de ce but ultime, il n'en empêche pas moins que cette vision de son objectif est en permanence fixé dans son esprit. Dans le fond, il n'est pas un Serdaigle pour rien. Sous des airs de lourdeur stupide, il sait ce qu'il fait. Il sait mener les batailles sous des fronts et des angles différents. Et il en profite à chaque seconde, vivant avec délice son rôle de jouisseur, qu'il tient aux côtés de Liam. Ils échangent un regard et Basil sourit. Assis entre ces deux ravissantes créatures, leur parlant, leur souriant, il se sent royalement rayonné. C'est dans une telle position qu'il est bien.
Basil Flaverty se sent par-fai-te-ment bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam McAvoy

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 25/03/2012

Votre Sorcier
Rang Spécial: Préfet des Serdaigles
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]   Mar 12 Juin - 12:30

[Je relance le sujet, ça fait quand même un mois qu'on n'a pas posté ! Je sais que ta réponse est presque prête Lily, mais je ne pense pas que ces quelques lignes changent quoi que ce soit]

Basil se met en avant, pour changer. Le plaisir qu'il retire de la situation crève les yeux. C'est comme un drogue, un shoot d'héroïne, directement dans les veines. L'image est assez dégeu, mais tout à fait représentative de la joie et du soulagement affichés sur le visage du jeune homme. Le centre de l'attention c'est ce qu'il a toujours recherché, tel un enfant prêt à se jeter par terre pour que sa mère ne regarde que lui. Remarque ça doit être lié à son histoire personnelle...
Ce genre de comportement à tendance nombriliste pourrait gêner l'amour-propre de n'importe quel individu. Mais pas Liam. Le comportement de son ami lui convient parfaitement parce qu'en occupant toute la place, le devant de la scène et les pensées de leurs interlocuteurs, lui n'a pas d'efforts à faire. Peu bavard, sa position le satisfait. Il peut ainsi observer à sa guise ce qui se passe autour de lui, sans passer pour un mufle malpoli et faire semblant d'écouter sans qu'on risque de lui demander son opinion. Il passe ainsi pour un timide et étrangement les gens préfèrent ceux qui sont réservés à ceux qui s'en foutent. Alors que c'est quasiment la même chose...Bande d'hypocrites !

Basil tente le coup...en parlant de botanique. Bon admettons. Le Serdaigle ne comprends déjà pas très bien pourquoi il « s'attaque » à ces demoiselles qui le connaissent bien et avec lesquelles il n'a aucune chance. Enfin avec Lily ça n'a pas marché et avec Angèle et bien ça arrivera peut-être quand les crapauds auront des ailes ! Basil est obstiné, c'est une qualité, mais parfois sa tendance gros lourd prend le dessus et, même si Liam ne dit rien, il voit bien que tout ce qu'il peut récolter, c'est une paire de gifles !

Apparemment les deux amies ont quelques soucis d'ordre végétal. Liam est plutôt doué avec les plantes, mais il ne saurait dire si c'est le fruit d'une passion naturelle ou d'un pari, n'ayant jamais eu de jardin. Mais expliquer les choses ne fait pas partie de ses qualités, aussi est-il soulagé lorsque Basil s'empare de l'affaire et vente ses propres mérites. Une fois de plus, il peut rester à l'arrière plan, tranquille et réfléchissant à tout autre chose. C'est leur sortie mensuelle à Pré-Au-Lard ! Il ne faut surtout pas gâcher un tel moment avec des problèmes si bassement scolaires !

Liam fini par s'asseoir à la table où ils ont presque été invités. Pose sa bière sur la table en prenant soin de ne pas renverser la moindre goutte. La bière c'est un peu comme le sang : un liquide vital. Rien n'a aussi bon goût, rien ne désaltère autant et n'engourdit si bien les sens. Pour ce qui est de la soif il y a l'eau me direz vous, mais ça n'a rien à voir. L'eau, c'est insipide et transparent, ça n'a aucun intérêt et c'est d'une banalité exaspérante. Serait-ce un discours d'alcoolique ? Bon peut-être bien...

Les conversations vont bon train dans le bar. Tous semblent hyper emballés par ces petits week-ends de libertés octroyés par l'école et absorbés par des discutions probablement sans intérêt. Mais c'est leur problème...Liam se contente de les observer, délaissant la conversation à laquelle il aurait pu participer. Il détaille :
Un couple en deuxième année, face à face au fond du bar, main dans la main en train de siroter un chocolat chaud muni de deux pailles. À vomir !
Quatre joueurs de Quidditch – des Serpentards certainement – jouent les gros durs avec leurs énormes bières, leurs gros muscles et leur QI d'huître. Des hommes dans ce qu'il y a de plus primitif. Une bande de bœuf. Très amusants.
Et, non loin d'eux, deux jeunes filles. Elles chuchotent des je-ne-sais-quoi, gloussent et regardent dans leur direction. Elles sont jeunes. Basil les a sûrement abordées un jour. Ou alors elles se moquent...Enfin, tant que le jeune homme concerné ne le remarque pas, tout va bien. Liam est prêt à parier que les Lily et Angèle ne vont pas apprécier qu'il s'incruste puis les délaissent pour deux gamines à peine sorties des couches. Mais la délicatesse n'est pas sa qualité première, même s'il le fait rarement exprès.

Au bout d'un moment, Liam essai de raccrocher la conversation. Ils parlent toujours de botanique et Basil tente de faire comprendre quelque chose aux filles. Le jeune homme se frotte les yeux. C'est comme s'il se réveillait, sortant d'un rêve dans lequel il aurait préféré rester encore un peu. Heureusement personne ne fait attention à lui. Il s'efforce de sourire, reprend un gorgée de bière qui lui remet les idées en place. Il acquiescerait bien à ce que dit son meilleur ami, mais il craint que ce ne soit une ineptie totale. Passer pour un débile, c'est une chose, mais être d'accord avec n'importe quoi, certainement pas ! Il se contente donc de poser ses coudes sur la table, sa tête dans ses mains. Une moue enfantine apparaît sur son visage et il attend, il attend qu'on lui parle, il attend de se sentir concerné par la conversation, il attend que quelque chose se passe, quelque chose de vraiment amusant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tiens, des nanas ! [Liam&Ange&Lily]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ma chérie je pense a toi tout le temps'''''''' tu me rend plus forte un peux plus chaque jours mi luna mon ange merveilleux
» Lève-toi, tiens-toi debout, bats-toi pour tes droits
» merci Belle Ange
» Lily (Lily savon)
» Lily la tortue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Âmes Mortes :: Monde des Sorciers :: Pré-au-Lard :: La taverne des Trois Balais-
Sauter vers: