Les Ténèbres envahissent les Lumières. Univers d'Harry Potter
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour. Le forum déménage. On vous attends http://forbiddenforest.forumactif.org

Partagez | 
 

 Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Siobhan Ó Cearbhail

avatar

Mini Photo :
Messages : 17
Date d'inscription : 23/02/2012

Votre Sorcier
Rang Spécial: Spécialiste des animaux fantastiques et des hybrides. Responsable du service des animaux fantastiques
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]   Ven 2 Mar - 18:41

8h : Maison de Siobhan


En entendant son réveil, Siobhan jeta ses draps en bas de son lit et se leva. Elle écarta les rideaux pour voir le soleil jouer avec l'herbe. La journée serait longue, elle devait passer au ministère ce matin pour régler quelques dossiers, puis partir dans l'après-midi pour Poudlard. Deux jours auparavant elle avait reçu un hiboux de Dumbledore. Celui-ci l'invitait a venir quelques temps à Poudlard pour qu'elle puisse continuer ses recherches sur les licornes. En effet, la forêt Interdite regroupait quelques unes de ces créatures mystiques. Elle voulait lui demandait la permission mais elle n'avait pas envoyé son hiboux qu'il la devançait. Dumbledore était vraiment un homme à part.

Un chocolat chaud et un croissant plus tard, Siobhan avait bouclé sa valise. Elle se dirigea vers sa cheminée. Elle prit un peu de poudre de cheminette et la jeta au sol.

Ministère de la Magie !

Elle disparu dans un craquement sourd et une fumée verte.



10h : Ministère de la Magie



Depuis qu'elle était arrivé, l'irlandaise courrait à travers tout le ministère. Évidement c'était quand elle devait partir que les imprévus se bousculaient à sa porte. Les sorciers qui travaillent dans son service savait que c'était un jour à ne pas lui parler, déjà que c'était pas le cas à l'accoutumée mais là encore moins. Elle serait capable de leur sauter à la gorge !

Pour autant ce n'était pas désagréable de travailler avec elle. Elle était efficace, connaissait ses dossiers et savait reconnaître le travail de chacun. Elle ne se sentait pas supérieur parce qu'elle était la responsable du service, non elle mettait tout le monde à égalité. Elle était dur mais juste, après il fallait pas comptait sur elle pour papoter et se taper la main dans le dos mais ça c'est une autre histoire.

Siobhan se dirigea vers le bureau du chef du Département. Elle frappa à la porte et sans attendre la réponse elle rentra.

Bonjour, je dois partir vers midi. Si vous avez besoin de me contactez merci d'envoyer Perce-Neige à Poudlard. Je resterais quelques temps là bas pour mes recherches mais je peux faire le voyage dans la journée si urgence.


Très bien Miss. Faite attention à vous, les temps sont dangereux.

Siobhan salua le directeur et retourna dans son bureau. Elle rangea quelques dossiers et se mit à la recherche de ses papiers sur les licornes.

Bordel où ais-je pu ranger ce dossier ?!

10 bonnes minutes pour tomber sur le dossier. Il faut dire que bien que Siobhan soit plutôt ordonnée son bureau était envahi de dossiers. Les dossiers officiels, ses dossiers de recherches, des planches de dessins , bref on retrouvait de tout. Dans tout ça il traînait même un ensemble de thé.

Elle regarda autour d'elle, c'est bon elle avait tout elle pouvait partir. Se tournant elle vu le cadre accroché au mur. Elle s'en approcha. Une des rares photos d'Henry et d'elle. Il lui manquait, il lui manquerait toujours. Elle ne savait pas pourquoi il était mort, le dossier au secret et on ne lui avait même pas restitué le corps. Elle avait enterré un cercueil vide. Elle sortit la photo du cadre et la fourra dans sa poche.



12h : Pré-au-Lard/Poudlard



Enfin sorti du ministère, Siobhan transplana à Pré-au-Lard. Elle s’arrêta au bar des trois balais pour boire une Bièraubeurre. Elle retournait à Poudlard. Elle n'était pas revenue depuis ses aspics, cela la rendait toute chose. Une petite appréhension. Après sa bière, elle se rendit à la grande porte de Poudlard. Elle montra son autorisation au gardien et monta dans les escaliers. Dumbledore lui avait proposé de prendre ses appartements à côté de la grande tour de Serdaigle étant une ancienne de cette maison.

Ses appartement était grands et lumineux un vrai bonheur. Elle tira les rideaux et découvrit la vue. Cette vue lui avait manqué, terriblement manqué. Elle sorti ses affaires et se prépara un thé. Elle avait le temps. Une heure après elle se dirigeait vers le bureau de Dumbledore.



15h : Forêt Interdite



Après avoir vu le directeur, Siobhan était passé au bureau du professeur de soin aux créatures magiques ainsi qu'à celui du garde chasse pour se présenter mais les deux étaient absents. Elle leur fit glisser un petit mot à chacun pour se présenter et les avertir de la raison de sa présence. Siobhan haussa les épaules, ce n'était pas grave elle les croiserait bien à un moment donné. Elle arriva à la lisière de la forêt interdite. Elle savait où se dirigeait. Il existait un seul point d'eau dans la forêt. Celui-ci était très enfoncé, mais c'était le point de rassemblement de tout les animaux du coin. Le moyen le plus rapide d'y parvenir était encore d'y aller à quatre pattes. Siobhan s’enfonça dans la forêt et se changea en animagus.

Ses pattes glissèrent sans bruit sur la terre, une bonne demi-heure après elle arriva au point d'eau. Personne. Elle n'avait plus qu'a patienter, tout le monde devait boire. Reprenant forme humaine, elle déposa sur la rive plusieurs pommes au miel. Les licornes étaient friandes de ces pommes, mais elles devaient être faites sans aucune magie sinon elles refusaient de les manger. Siobhan les avaient fait la vieille. Elle posa son sac au côté d'un grand arbre et sorti un calepin et un crayon. Le temps d'attente serait certainement long. Siobhan s’allongea sous sa forme animale sous l'arbre au rayon de soleil attendant les licornes.



17h30 : Forêt Interdite Point d'eau



Plus de deux heures d'attentes. Siobhan attendait patiemment. Un bruit de sabot lui fit relever la tête. Les oreilles droites, les yeux fixes. On apercevait clairement ses yeux vairons. Un œil marron et un œil bleu. Inexplicable alors que sous forme humaine ses yeux étaient bleus. La cavalcade se faisait plus proche, Siobhan continuait de fixer, attendant de découvrir qui ou quoi se dirigeait vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cian O'Connell

avatar

Mini Photo :
Messages : 47
Date d'inscription : 26/12/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial: Centaure malgré lui
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]   Mer 14 Mar - 14:47

Y a des gus qui ne demandent qu'à glander, et rien foutre de leur journée. Oh, la belle vie à ne rien faire de ses dix doigts ! Oh la tranquillité ultime à larver sans aucune obligation pour vous faire chier... Et le fait est qu'avant, ça ne me gênait pas outre mesure de pouvoir rester comme une loque sur le canapé et ne pas en bouger. Mais ça, c'était avant. Quand je ne pouvais pas le faire à volonté. Quand j'avais d'autres trucs pour m'occuper.

Vous savez en quoi consistent les obligations à tenir, lorsqu'on est un centaure ? C'est simple : y en a pas. Kedal. Nada. Zero. À croire que le le travail a été inventé par eux tellement ils s'ennuyaient dans leur forêt. Parce qu'il faut être honnête, hein : je m'emmerde sec. Z'avez pas idée à quel point c'est pesant de ne rien avoir à foutre. Alors ouais, j'peux visiter, cueillir des baies, gambader dans la forêt avec les petits zoziaux qui font cuicui et bla et bla et bla. Ouais, bah une fois que vous avez fait tout ça, que vous connaissez la forêt par cœur à force de l'arpenter de long en large, vous faites quoi ? Si encore j'avais des occupations comme écouter de la musique, lire le journal, voir des gens.... Ouais, sauf que non, j'ai pas de baladeur avec moi, le facteur ne va pas crapahuter dans la Forêt Interdite, et la plupart des gens non plus. Quant à taper la discussion avec les autres centaures ou les araignées géantes... Herm. Disons qu'on a des petits problèmes de communication qui compliquent la tâche.

Toute la journée, je me ballade dans la Forêt en suivant le soleil pour me trouver à chaque fois avec ne belle exposition à ses rayons. Rien d'autre à foutre que de lézarder de toute façon, alors... Avec un soupire, je m'amuse à tresser des brins d'herbes, à bombarder les piafs avec des mini cailloux pour les emmerder un peu, à pousser la chansonnette pour faire travailler ma mémoire... Je me demande comment est le monde hors de la forêt, quel est le genre de musique en vogue, si le Rock a toujours la cote... Et puis je pionce pas mal, aussi. On dirait presque un dépressif, tellement je pionce. Quand on s'emmerde, au moins, ça passe le temps...

Et puis, alors qu'une fois encore je me retrouve à l'ombre, vient l'heure grave où je doit décider de ce que je vais faire. Vous avez des idées, vous ? Alors que je me relève et rajuste mon cher Keffieh autour du coup, une idée lumineuse vient à moi : puisque j'ai passé a journée entière à prendre le soleil et à me déshydrater, autant aller boire un peu pour pas crever. La gorge sèche et la langue pâteuse, ça va bien cinq minutes. Puisque c'est décidé, allons-y ! J'ébroue mon corps équin pour faire tomber les quelques brins d'herbes récalcitrants qui me collent au pelage, je pars au petit galop vers le point d'eau. Il faut dire que le soleil m'a un peu assommer, galoper et me remuer un peu ne peut pas me faire de mal.

Une fois arrivé, je sens immédiatement une présence et tâche avant toute chose de repérer celle-ci. C'est un réflexe qu'on choppe vite, dans le coin, et ça évite des sales surprises. Rapidement, mon attention se tourne sur un chien-loup qui me fixe en retour. Marrant, ses yeux ne sont pas de la même couleur. Ça change. Par contre, qu'est ce qu'il fout là ? Réajutant une fois encore mon Keffieh par réflexe autour de mon coup, je m'approche au pas de l'animal, pas intimidé pour de sous mais rendu curieux par sa présence ici.

-Salut, toi. J't'ai jamais vu dans le coin, tu débarques ? Allons allons, ne mens pas, je connais toutes les bestioles du coin. Une petite envie de campagne, d'arbres moisis et d'humus en décomposition ? Ouais, c'est vrai que le cadre est charmant, j'avoue. Surtout du côté des arachnées géantes, c'est fou comme elles sont aimables.

Oui, je parle aux animaux, et alors ? Quand on ne voit jamais personne ou quasi pas, on fait avec ce qu'on a sous la main, hein. Et vous avez tort de sous estimer ce genre de dialogue. Ça peut être super intéressant ! J'ai notamment en mémoire un débat enflammé avec un lierre sur l'impact de la Forêt Interdite en Angleterre par rapport à l'oxygénisation de celle-ci. On n'avait pas terminé, d'ailleurs, 'faudra qu'on en rediscute..... Et merde ! Je vous ai dit que je me faisais chier ici, non ? Avec un soupir, rassuré que ce ne soit qu'un animal pas trop dangereux pour moi, j'observe un peu autour. Il est peut être accompagné ? Je sais qu'il y a des chiens errants qui voyagent loin, mais c'est tout de même inhabituel. Et je suis sûr et certain que celui là n'est pas du coin. Bref, en fouinant du regard, je tombe sur un crayon et un.... Calepin ? What the fuck, qu'est-ce qu'il peut foutre avec un calepin ? Jor, c'est un chien qui écrit ? … Waaay, Cian mon pote tu deviens vraiment con. Il doit avoir un maître dans les parages, voilà tout. Surtout que les pommes au miel que je viens de remarquer, je vois mal un caniche les cuisinier. Hey, elles n'ont pas l'air mauvaises, en plus...

Croisant les bras, toujours placé entre les pommes et l'animal, je le fixe. Ce chien, il est zarb'. Il ne se comporte pas comme un chien. Déjà, la plupart auraient aboyé, ou remué la queue, bref, ils auraient eu une réaction au lieu d'être aussi posés. Et surtout, les toutous ont horreur qu'on les fixe dans les yeux. Or, celui-ci ne semble pas intimidé outre mesure et me rend mon regard, aussi tranquille que Bouddha lui même. Moralité : c'pas un cabot normal. Un truc que m'avait dit Adrian il y a longtemps me revient en tête, à propos de sorciers qui peuvent devenir des animaux. Il m'avait raconté ça à l'époque où j'essayais d'en savoir plus sur le monde des sorciers...

-T'es qui, toi ? Pas un caniche normal en tout cas, tu ne réagis pas comme un animal. En plus, je sens pas d'autre présence dans le coin. J'en déduis que le calepin et le crayon sont pour toi, et que tu as amené les douceurs. Tu dessines et tu cuisines, Médor ?

Calé sur mes quatre sabots et sur mes gardes, je me demande à qui j'ai affaire. Bah. S'il me fait chier, je lui rue dans la face. C'est l'avantage d'avoir des grands sabots bien larges, je peux écrabouiller plus facilement la tronche des gens que si j'étais un poney shetland. Au moins, je suis relativement grand. Un rapide coup d'oeil aux pommes, je me demande si vraiment elle sont ce dont elles ont l'air. À force de vivre dans la Forêt, on devient méfiant. Grâce à ça que je suis encore en vie. Dommage, j'aurais bien croqué un morceau, mais je préfère m'abstenir. On ne sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhan Ó Cearbhail

avatar

Mini Photo :
Messages : 17
Date d'inscription : 23/02/2012

Votre Sorcier
Rang Spécial: Spécialiste des animaux fantastiques et des hybrides. Responsable du service des animaux fantastiques
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]   Mer 21 Mar - 14:48

Raté !

C'est un centaure et pas une licorne qui débarque au point d'eau et à la place d’aller se désaltérer il vient se planter en face d'elle. Un bout de zan comme on dit, une robe d'un beau noir profond. Pas une seule tache de blanc sur le corps ni balzanes sur les membres. Entièrement noir de la tête aux pieds ou plutôt du garrot à la pointe du sabot. Mise à par une hauteur au garrot plus importante il ressemble beaucoup à Faust , l'un des trois chevaux de Siobhan. Pour ce qui est de sa partie humaine, c'est un jeune homme brun à la peau aussi halée que celle de l'irlandaise est blanche et qui porte un keffieh.


*Un keffieh ?!? Depuis quand les centaures porte des écharpes ? Depuis quand un centaure a quelque chose d' « humain » sur lui ? Mais c'est quoi ces conneries ?!?*


Siobhan sous sa forme humaine aurait froncé les sourcils mais là elle ne pouvait pas. Elle se mit à l'inspecter plus attentivement, il faut dire que cet élément l'intriguait fortement, et même la contrarié. En effet, elle qui était reconnu comme une des grandes spécialistes des animaux fantastiques elle restait fort dépourvu d'explication à « ça ». Elle le trouvait un peu « léger » pour un centaure, généralement il était plus trapu que çà mais sinon il leur ressemblait en tout point.


Citation :
...Surtout du côté des arachnées géantes, c'est fou comme elles sont aimables.



Siobhan restait concentré sur le centaure. Trop concentré de fait qu'elle ne comprit pas tout de suite qu'il lui parlait. Il semblait amicale, voire drôle même si cela ressemblait plus à un certain cynisme. Il regardait autour de lui, s'attardant sur le calepin et les pommes. Que pouvait-il bien penser ? Il se doute forcément d'une présence humaine et une présence humaine aussi enfoncé dans la forêt interdite c'est pas vraiment commun. Néanmoins ça ne ferait pas plaisir à tout le monde dont à certains centaures farouchement opposés aux « hommes ».



*Je crois que l'observation pour aujourd'hui risque d'être compromise...*


Après avoir donné un coup d’œil aux alentours, le centaure se mit à fixer Siobhan. Ses yeux à la couleur brune chaude transperce le regard un peu fou du chien-loup. Aucun ne baisse le regard comme si un combat silencieux venait de commencer. Cela dura de longues secondes avant que le centaure ne repris la parole.

Citation :
T'es qui, toi ? Pas un caniche normal en tout cas, tu ne réagis pas comme un animal. En plus, je sens pas d'autre présence dans le coin. J'en déduis que le calepin et le crayon sont pour toi, et que tu as amené les douceurs. Tu dessines et tu cuisines, Médor ?



Siobhan découvrit ses dents, non par grognement mais en un style de sourire légèrement narquois. L'observation des licornes en milieu naturel était vraiment foutu pour aujourd'hui. Tant pis après tout elle était là pour un moment et puis c'était aussi une occasion d'en savoir toujours plus sur les centaures. Elle restait intrigué par le port d'un artefact humain par un centaure.

Elle se leva sur
ses quatre pattes en s'ébrouant histoire de faire disparaître les raideurs qui c'étaient accumulées depuis qu'elle était resté figée. Elle étira chacun de ses muscles longuement et repris forme humaine. Elle portait une petite robe noire courte avec une veste en jean cintré et des ballerines. Les tenues de sorcier c'étaient pas trop pour elle, elle faisait bien en effort pour les représentations officielles mais ça s'arrêtait là. En plus elle aimait trop la mode pour ça. Elle se déchaussa pour rester pieds nus dans l'herbe et s'activa à enlever les derniers brins d'herbe qui collait à sa cuisse. Quand elle eut fini, elle se dirigea vers le point d'eau et ramassa deux pommes. Revenant au point de départ, elle lança une pomme au centaure tandis qu'elle même s'asseyait sous l'arbre et croquait la sienne.



Oui Médor sait dessiner et cuisiner, Médor est très douée de ces dix doigts donc à la place de les regarder mangez une des pommes. Elles sont très bonnes et je crois que de toute façon je n'en aurais pas besoin aujourd’hui. Par contre si vous pouviez vous décaler un tantinet ça serait gentil, ainsi les rayons de soleil viendraient jusqu'à moi, il fait vite froid sous les ombrage, et par la même occasion, si vous pouviez me dire depuis quand les centaures s'acoquinent de vêtements humains ça m'intéresserait.


Tout en le regardant avec une franche curiosité, Siobhan croquait allègrement dans sa pomme en se disant que décidément elle les réussissaient de mieux en mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cian O'Connell

avatar

Mini Photo :
Messages : 47
Date d'inscription : 26/12/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial: Centaure malgré lui
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]   Jeu 5 Avr - 11:43

Et bah Cian, mon vieux, tu t'améliores ! C'est ce que le centaure se dit en voyant le « sourire » du clébard puis la transformation en humain. Ouais ouais, c'est plutôt une belle performance d'avoir pensé aux animagus, bravo. C'est à présent une jeune femme qui lui faire face. Ce n'est pas une élève de Poudlard en tout cas. Trop vieille. Quelle age peut être bien avoir ? En l'observant alors qu'elle enlève les derniers brins d'herbes sur sa cuisse, le jeune hybride estime qu'elle est plus âgée que lui, même s'il n'a jamais été doué au jeu de « devine mon âge ». Une longue crinière châtain, des yeux bleus (tiens, ça change des yeux vairons), une stature plutôt fine. Ah, et madame aime s'habiller. Ses habits ne font pas tant que ça sorciers. Pas de longue robe de magicien, pas de chapeau pointu. Même si Cian sait que ce dernier est plus un ornement que réellement un habit utilisé. Pendant qu'il l'observe -c'est vraiment zarb' de trouver une nouvelle tête dans le coin. Difficile de savoir si c'est encourageant ou pas- la sorcière va récupérer les deux pommes et en lance une à son interlocuteur. Obligé de décroiser les bras pour l'attraper par réflexe, maître Grognon observe l'aliment avec un air suspicieux, puis voyant Médor croque dans celle qu'elle avait gardé, lui même entame la sienne. Hey, c'est bon ! Ça change de son menu habituel, c'est clair.

-Et Médor a un autre prénom, par hasard ? Je ne parle pas avec les toutous inconnus, c'est mas maman qui m'a appris ça. Et je n'ai pas à me justifier de mes actes devant un faux chien loup. Vous n'êtes ni une élève de Poudlard, ni une prof. Ou alors, une fraîchement débarquée. Quant aux gens de Pré-au-Lard, ils ne viennent jamais dans le coin, d'habitude. Donc vous êtes une nouvelle tête dans le secteur. Et dans ce cas, j'aimerais savoir à qui j'ai affaire, ne vous en déplaise.

Ceci dit, le centaure se décale de quelques pas sur le côté pour laisse profiter Médor du soleil -bien qu'il n'ai pas aimé la façon de demander- et observe franchement son interlocutrice, gambergeant par rapport à ce qu'elle pouvait être. Il n'apprécie pas franchement sa façon de parler, dans le sens où il a l'impression d'être à ses ordres. Un petit reste d'humeur grognon au vu du premier échange le fait piaffer pendant qu'il attend la réponse, et c'est avec un visage fermé qu'il se redresse et scrute son interlocutrice. Une sorcière, hein ? Grâce à Adrian, Nathan, Hayley et quelques autres, il a appris à ne pas haïr d'office les représentants du monde magique. Mais il n'empêche que le maudit se méfie particulièrement d'eux, presque autant que des créatures de la forêt. Sérieux, avec un parcours comme le sien, il va virer parano si c'est pas déjà fait !

-Ah, et merci . La pomme est bonne, j'avoue.

Parce qu'un peu de politesse na jamais fait de mal à personne, Cian se sent obligé de remercier la femme pour la nourriture qu'elle vient de lui offrir. La dernière fois qu'il avait été impoli avec une femme, il s'était retrouvé dans ce corps que tout le monde connait. Autant vous dire que pour Cian, les sorcières ont un fort potentiel harpiesque ! Bon, lui même peut parler, on ne peut pas dire qu'il ai été un exemple de bonhommie et de diplomatie dans sa façon d'aborder la brune. Mais il ne la connait pas, et ne compte donc pas prendre particulièrement de pincettes avant d'en savoir plus à son sujet. Et puis, c'est elle qui a commencé à lui donner des ordres ! Raisonnement puéril c'est vrai, surtout qu'il a reçu une pomme bonus, mais que voulez vous... Tiens, et il vient de se rendre compte après coup qu'il a vouvoyé la jeune femme. Allons bon, v'là autre chose... Un reste de bonne manière, peut être ? Ou alors, un réflexe parce qu'elle même l'a vouvoyé...

Et puis d'abord, c'est quoi cette sale curiosité qu'elle a ? En quoi ça l'intéresse qu'il porte un Keffieh ou pas ? Nan mais ho ! Faut se calmer avec les commérages, ma tite dame ! On ne vous a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ?

[hrp : Désolé pour le retard... J'avais fait le rp, perdu le post en croyant l'avoir posté, puis j'ai réalisé avant hier qu'en fait j'avais pas posté, j'ai retrouvé mon post (par hasard) et donc je le poste enfin XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhan Ó Cearbhail

avatar

Mini Photo :
Messages : 17
Date d'inscription : 23/02/2012

Votre Sorcier
Rang Spécial: Spécialiste des animaux fantastiques et des hybrides. Responsable du service des animaux fantastiques
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]   Mer 16 Mai - 14:31


Siobhan apprécia les rayons de soleil qui chauffaient son visage. Elle ferma les yeux pour les apprécier encore plus. Elle n'avait rencontré qu'un seul centaure dans cette forêt durant sa scolarité. Deux fois, elle était tombé dessus en cherchant de la solitude dans cette forêt. Bien qu'elle n'avait pas le droit d'y pénétrer le garde-chasse la laissait passer sachant qu'elle ne risquait rien.


Une fois, alors qu'elle été montait sur un arbre pour voir l'horizon. Un voix bourrue l'avait interpellé.



-
Que fais tu là petite fille? Tu ne sais pas que la forêt interdite aux élèves?


- Je suis venue observer l'horizon, observer quelque chose qui me dépasse... Puis que je sache je ne dérange personne!

- Ne sois pas sur la défensive petite d'homme, sinon tu ne verras jamais les merveilles de ce monde, ce quelque chose que tu cherche et qui te dépasse.


Sur ces paroles le centaure parti, tandis que Siobhan descendait à toute vitesse et lui courrait après.


-
Attendez!


En courant elle trébuche sur une racine et tomba. De rage elle frappa le sol plusieurs fois. Quand elle releva, elle soupira en voyant ses écorchures et décida de rentrer.

La seconde fois c'était ici, à ce point d'eau où Sio était venue encore une fois chercher la solitude. Elle été restait là des heures jusqu'à s'endormir. au bout d'en moment elle s'était senti bringuebaler. Ouvrant les yeux timidement, elle remarqua qu'elle se trouvait dans les bras du centaure.

- Ha tu te réveille enfin... On arrive bientôt à la lisière, je vais t'y laisser pour que tu puise rentrer Siobhan.

- Siobhan? comment savait vous mon nom?

- J'ai croisé le garde-chasse qui m'a dit que tu venais souvent dans la forêt pour t'y réfugier. tu es une drôle de petite fille... Nous sommes arrivés.

Le centaure déposa délicatement la jeune irlandaise.


- Attendez moi je connais pas votre nom!

- Diran. Adieu petite fille!

-
Adieu ...



Siobhan rouvrit ses yeux, elle c'était laissée aux souvenirs.


Bien sur, bien que vous m'ayez baptisé Médor depuis le début de notre rencontre.

Je me nomme Siobhan O Cearbhail.

Vous avez raison vous n'avez pas à justifier vos actes devant moi. C'était une simple curiosité. Généralement les centaures n'apprécient pas trop les "humains" et donc leurs artefacts. Le fait que vous en portiez un m'a donc interpellé. Je cesserais donc de vous importuner soyez sans crainte.

Je ne suis pas une nouvelle prof mais je vais rester à Poudlard un certain temps. Je suis la responsable du service des animaux fantastiques au Ministère de la Magie mais je ne suis pas là pour cela. Je suis également une des spécialistes, et je viens ici pour poursuivre mes recherches, en ce moment, sur les licornes. Je ne m'attendais donc pas à tomber sur un centaure, et surtout sur un nouveau centaure. Tout les êtres fantastiques de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord sont recensés et je connais mes dossiers par cœur. Et vous, je suis certaine que vous n'en faites pas partie... Bizarre...

Puis-je connaître votre nom moi aussi s'il-vous-plaît? Votre présence ici n'aurait pas du m'échapper et il faut que je mène une enquête. Ne vous inquiétez pas, ça n'aura aucune incidence sur vous. C'est juste que c'est la première fois qu'il y à un trou dans mes dossiers.

Siobhan se leva et enleva sa veste. Elle avait besoin de boire et elle avait chaud. Sa robe était dos-nu et les rayons du soleil semblaient jouer avec les cicatrises et les traces de brûlures qui zébraient ses bras et le haut de son dos. Elle se dirigea vers l'eau et se tourna vers le centaure.

De rien pour la pomme. Vous pouvez prendre les autres si vous voulez et les partager avec la harde. Je n'en aurais pas besoin aujourd'hui, j'en referais pour la prochaine fois.

Sio se mit à genoux pour boire et se passer de l'eau sur le visage. Quand elle releva le visage, un petit groupe de bergeronnette grise s'envola en piaillant. Se relevant totalement elle se dirigea vers le centaure mais garda une distance de sécurité. Avec son 1.85m elle le dépassait largement au niveau du garrot mais en comptant son corps d'homme lui même aurait pût lui manger sur la tête. Levant les yeux pour regarder les siens, elle lui tendit sa main où elle tenait une nouvelle fois une pomme.

Une autre pomme?

[HRP : châtain?! mais non je suis rouuuuuusse
Rolling Eyes]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cian O'Connell

avatar

Mini Photo :
Messages : 47
Date d'inscription : 26/12/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial: Centaure malgré lui
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]   Dim 3 Juin - 15:59

- Siobhan, heh ? Je m'en souviendrais...

En entendant ce nom d'une connotation irlandaise, je ne peux m'empêcher d'afficher un petit sourire fier. Une compatriote ? Ou bien est-ce simplement dû à son ascendance ? Pas un mariage en tout cas, elle ne semble pas porter d'alliance. Quoi qu'il en soit, le fait qu'elle aussi soit du pays me réconforte un peu. Juste un peu. Pour un peu, j'ai presque envie d'être sympathique avec elle, tiens. Juste au nom de cette connerie patriotique. Ce qu'il ne faut pas entendre. Cian mon gars, ça ne te réussis pas d'avoir le mal du pays. Par contre, là où je déchante sévère, c'est quand elle me dit sont taf. Merde. Une connasse du ministère. Manquait plus que ça, tiens. C'est le pompom. Sans un mot mais avec le visage fermé, j'attend qu'elle ai finit son petit laïus avant de parler. Mais même lorsqu'elle se tait pour aller boire, je reste muet et continue simplement de la fixer, poings serrés. Si elle voyait ma trogne à ce moment là, sûr que celle-ci est moins amicale. Sale garce. Fait mine de rien savoir, ouais ouais. Viens me narguer mine de rien avec ta fucking pomme ! Comme si j'étais un toutou qu'on peut amadouer avec un nonos ! Quand elle est vers moi avec son fruit, je suis toujours capable de lui rendre un regard chargé de dédain et de colère, accompagné d'un petit reniflement méprisant.

- Pas ma faute si vos dossiers sont mal foutus. J'aime pas les sorciers parce qu'ils m'ont fait des crasses, et les pires d'entre tous sont les gens du ministères. Ça va, vous devez tous être contents, là bas, non ? Votre plan a bien marché, y a pas à dire ! Ouais ouais, le couillon n'a pas bougé, il est toujours à sa place ! Bon boulot ! Si j'avais su, j'aurais pas tapé la causette aussi gentiment !

D'un ton soudainement très sec et acerbe, je piaffe et secoue ma longue queue équine avant de m'ébrouer tout en m'exprimant. Finalement, j'avais raison de me méfier, tiens ! Me retenant de toutes mes forces pour ne pas exploser sa tronche de vendue, je m'écarte d'elle en la bousculant volontairement au passage. Puis je m'éloigne de quelques mètres et me retourne vers elle, sourcils froncés. Le moins que l'on puisse dire, c'est que mon attitude a virée du tout au tout : je suis au moins aussi polaire que l'iceberg du titanic, maintenant. Et c'est pas peu dire. Les bras croisés et droit comme un “i“, je me cabre légèrement en haussant le ton.

- Alors comme ça, je suis un oublié même du Ministère ? Eh bah c'est génial, z'êtes vraiment efficace pour faire disparaître les gens ! Y en a beaucoup d'autres, comme moi, que vous avez oubliés d'avoir emprisonnés ? Mon dossier à disparu ? Oh c'est vraiment trop dommage, tiens ! Cian O'Connell, ça ne vous dit vraiment rien ? Ah non, ça je ne m'inquiète pas qu'il y ai une incidence ou pas : ça ne changera rien de toute façon ! Vous vous êtes très bien débrouillés pour que je sois un oublié même chez les miens, j'en suis sûr !

La colère me fait trembler, je fulmine littéralement. Piaffant sans cesse, je lui lance regard assassin sur onde meurtrière. Pour le coup, j'aimerais avoir des pouvoir de sorciers, juste pour l'éradiquer elle aussi. Cette grognasse me nargue. Ça doit l'amuser, ouais. La Harde. En plus elle me parle de la Harde. Mais quelle putain de harde, bordel ? Comme s'ils ne savaient pas au ministère que je ne suis pas intégré dans la communauté des centaures non plus ! Mais quelle foutage de gueule de merde !

- La harde, j'en fais pas partie et c'est même plutôt l'inverse. Comme si vous le saviez pas. Ça va, c'est drôle de remuer le couteau dans la plaie, de venir me narguer en jouant la nana sympa ? Oh oui, ça doit être divertissant je n'en doute pas ! Un conseil : je suis peut être coincé ici pour le restant de mes jours, mais rien ne m'empêche de vous exploser le crâne à coup de sabots ! Vous avez pourris ma vie de toute façon, alors un peu plus ou un peu moins, hein.. Ça ne change pas grand chose, au point où j'en suis !

N'y tenant plus, je tourne en rond un moment, puis rue violemment dans un arbre, dont le tronc émet des craquements sous le choc. Des empreintes de sabot ont incrustées l'écorce, et en le voyant j'émets quelques mots d'excuse au pauvre arbre qui n'a rien demandé à personne. Mais cette meuf me fout les boules, sérieux. Toujours furax, je prends de grandes inspirations pour tâcher de me calmer.

- Si je n'ai pas encore écrabouillé ta petite tête, c'est pour Dumbledore. J'ai pas envie que ça lui retombe dessus. Mais bordel, si c'est pour continuer à me narguer, j'vais finir par craquer. Et toute sorcière que vous soyez, je ne sais pas si vous ferez vraiment le poids.

L'envie de lui briser tous les os s'entend à ma voix, j'en suis certain. Mon regard s'attarde sur chaque articulation que je pourrais faire craquer comme une brindille. C'est l'un des avantages d'être centaure, on est bien plus fort. Le dirlo a toujours été réglo avec moi, et j'ai pas envie de lui attirer des emmerdes. Mais c'est bien la seule chose qui me retient de pulvériser cette meuf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhan Ó Cearbhail

avatar

Mini Photo :
Messages : 17
Date d'inscription : 23/02/2012

Votre Sorcier
Rang Spécial: Spécialiste des animaux fantastiques et des hybrides. Responsable du service des animaux fantastiques
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]   Dim 15 Juil - 20:46

Tandis qu'elle c'était relevé et qu'elle présentait une nouvelle pomme au centaure, celui-ci arborait un visage fermé. Le regard chargé de haine et la parole pleine de colère il incendie la jeune femme. Siobhan fronce les sourcils. Elle ne comprend pas un tel revirement de situation. Une tel dureté dans les mots et dans l'attitude du centaure. Celui-ci se dirige vers elle et la bouscule sciemment en y mettant tout son poids. le choc déséquilibre l'irlandaise. La pomme s'en va rouler sous les pieds du centaure tandis que Shiobhan se remet d'aplomb en grimaçant. Le coup à réveillé une vieille douleur dans son épaule. La droite celle que lui avait fracturé la directrice de l'orphelinat. Siobhan grommelle. Elle comprend rien à ce que lui dit le centaure, rien à cette haine qui semble l'habiter. L'irlandaise essaie de bouger son épaule mais celle ci la tiraille vraiment. C'est elle maintenant qui commence à fulminer. Elle se tourne pour faire face au centaure indélicat.

Vous voulez gueulez? Vous voulez passer votre haine sur moi? Je vous en prie... vous ne serez pas le premier...!

Tout en le regardant droit dans les yeux, Siobhan tendit les bras.

Vous voulez vous aussi laisser une petite marque? Je ne suis pas sure qu'il reste encore beaucoup de la place mais tenter votre chance!

Alors écouter bien ce que j'ai à vous dire, ouvrez grand vos oreilles. Je ne sais pas qui vous êtes, je ne sais pas ce que les sorciers et les gens du ministère ont put vous faire. Je ne connaît rien de cela. Tout ce que je vous ais dit été sincère, maintenant si vous voulez prendre la mouche pour quelque chose dont j'ignore les tenants et les aboutissants faites ce qui bon vous sembles.

Donc le plan à marché? J'en suis fort aise mais je le connais pas
Le couillon n'a pas bougé? Bien, au moins je sais que c'est vous le couillon puisque sans discernement vous mettez tout les gens dans le même sac.

Venir remuer le couteau dans la plaie, venir narguer? Vous croyez pas que j'ai autre chose à foutre que de venir voir un merdeux de centaure qui prend les gens de haut et leur balance tout et n'importe quoi à la gueule?

Plus elle parlait, plus son ton devenait sec et cassant. Qui était'il pour lui parler comme cela? Non elle avait trop souffert pour se laisser toucher par n'importe qui. Si même les centaures devenait aussi cons que les humains c'était foutu d'avance.

Je suis devenue spécialiste des animaux fantastiques car j'ai en horreur le genre humain, mais apparemment il contamine même les animaux les plus sages. J'ai horreur de leur haine, de la méchanceté gratuite et de tout ce qui les rends mauvais. Et que vois-je un centaure qui devient aussi con qu'un humain, belle progression!

Vous savez quoi Mr O'Connell, puisque vous n'avez que de la haine à me cracher au visage je vais partir. Sachez néanmoins une chose, cette forêt est aussi la mienne et mon lieu de travail pendant de longues semaines. Je suis certaine que l'on arrivera sans difficultés à s'éviter.
Siobhan se tourna récupéra veste, crayon et calepin puis se tourna une nouvelle fois vers le centaure.

Une dernière chose, puisque vous avez l'air de vouloir d’exploser le crâne. Je n'ai jamais levé la main ou la baguette sur un animal, mais je n'ai pas survécu à un abandon, un meurtre, un incendie et des brimades journalières pour me faire défoncer la tête par un petit arrogant. Alors attaquez moi et je vous jure que vous aurez affaire au faux chien loup comme vous dites. Et j'ai tellement passé de temps dans cette fourrure que croyez moi je suis une bonne prédatrice.

Un dernier regard chargé d'amertume et la jeune femme tourna les talons et commença à se diriger de l'autre coté du point d'eau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un bout d'Irlande à Poudlard: que tombent les masques... [PV Cian O'Connell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tempete pendant la régate du Fastnet en mer d'Irlande (1979)
» urgent ! comment on s'enlève un bout de verre dans le pied ?
» Masques de Star Wars
» je suis presque au bout du rouleau....
» aller au bout de ses forces...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Âmes Mortes :: Poudlard - Extérieur du Château :: La Lisière :: La Forêt Interdite-
Sauter vers: