Les Ténèbres envahissent les Lumières. Univers d'Harry Potter
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour. Le forum déménage. On vous attends http://forbiddenforest.forumactif.org

Partagez | 
 

 soirée masquée pour un halloween débridé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noah Lowel-Smith

avatar

Mini Photo :
Messages : 212
Date d'inscription : 19/07/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial:
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: soirée masquée pour un halloween débridé   Lun 31 Oct - 17:26

31 octobre, jour d'Halloween - 7h30 - dortoir des serpentards.

J'ai somnolé dans mon lit jusqu'à 7h30, heure où mon réveil sonne, mais je suis réveillé depuis bien plus longtemps. Aujourd'hui c'est le grand jour, le jour J. Ce soir la fête d' Halloween organisée par les professeurs compterait quelques absents. En effet ce soir sera le soir de la première soirée Serpentard de l'année et j'avais l'immense honneur de l'organiser. Façon de parler bien sûr, personne n'avait voulu se bouger le derrière pour organiser un truc, sous prétexte que ça s'organisait sur le tas et blablabla. Cette fois-ci nous voulions faire quelque chose de bien. Nous ? Oui, Angèle, ma meilleure amie m'a aidé à organiser la soirée. En parlant d'elle, je m'habille et descend la rejoindre dans la salle commune des serpentards. Je sais qu'en ce moment, pour elle, le moral n'est pas au ban fixe et cette soirée est aussi une excuse pour lui changer les idées. Mais je ne compte pas en rester là, la miss est en froid avec son "cher et tendre", et si elle m'entend dire ça je suis mort, mais passons. Cette soirée d'Halloween est un moyen de les rabibocher, j'ai eu une idée machiavélique digne de mon génie génial. Etant donné que ce sera une soirée masquée j'ai invité Auderic qui pourra se pointer incognito, bien évidemment si on me demande si c'est moi qui l'ai invité je nierais en bloc, je tiens à ma vie tout de même. Bref, les cours vont ma praire affreusement long aujourd'hui.

31 octobre - 10h - couloirs.

Heure de pause, je n'ai quasiment rien mangé ce matin et je suis incapable de vous dire ce qu'on vient d'étudier et de quel cours je viens de sortir. L'excitation est un peu retombée, du coup j'ai faim. Je lance à la volée un "Quelqu'un aurait pas un truc à grignoter? " Les autres élèves me regardent de travers tandis que la réponse que j'attendais ne tarde pas à apparaître sous la forme d'un croissant et d'un verre de jus de citrouille. J'adore les elfes de maison, très serviables et vraiment sympas. Etrange, pour un serpentard, de penser comme ça, me direz vous… Je sais mais je ne suis pas comme tous ces crétins qui ne jurent que par le sang. Mais laissons de côté ce considérations ce n'est ni l'heure ni l'endroit. Il est surtout l'heure d'aller à mon prochain cours.

31 octobre - heure du déjeuner - Grande Salle.

Les gens concernés par la soirée se jettent des coups d'oeil, amusés ou impatients je ne saurais dire. Ce que je sais c'est qu'Angèle me fait des signes tandis que Pansy discute avec une autre fille. On est tous les deux morts de rire et un peu ridicules. Mais je m'en tamponne le coquillart parce que j'ai retrouvé mon Angèle - je le fiche aussi de l'opinion des gens mais ça on s'en fou. J'ai retrouvé la fille joyeuse qui rigole à la moindre de mes grimaces, la fille qui n'hésite pas à me suivre dans mes délires, la fille qui me fait des signes bizarres à la table du repas. Je jette un coup d'oeil du côté des professeurs, Auderic n'est pas là mais je suis certain qu'il a reçu ma lettre. Discuter avec Lily a du bon, je ne vois plus Nathaniel Auderic que comme un fieffé salaud, après tout il est humain lui aussi. Je finis mon repas, récupère mon sac et sort de la Grande Salle pour me rendre à mon prochain cours.

31 Octobre - 18h - fin des cours.

Je m'étire en sortant de la salle, je nie avoir fait la sieste, la voix du professeur était monotone, j'étais bien installé et c'est le sommeil qui a frappé en premier. J'admet que je me suis assoupi quelques minutes -qui ont duré l'heure de cours entière- mais Angèle me donnera ses notes, ou un autre élève le fera si elle décide de me punir pour avoir dormi. Un groupe d'élèves discute activement à côté de moi, je serais bien tenté de m'incruster mais j'ai des choses importantes à faire. je file donc en direction des dortoirs, pose mon sac, me change et file dans les cuisines. Là mes amis elfes m'attendent pour m'aider à cuisiner les plats. Seuls eux et Angèle sont au courant que c'est moi qui ait cuisiné, faudrait pas que tout le monde le sache, ils boycotteraient la cuisine des elfes et ils seraient terriblement tristes. Après cette séance d'auto-complimentation je me mets aux fourneaux.

31Octobre - 21h - Salle sur demande.

Angèle m'avait aidé à peaufiner la déco de la salle et les plats préparés par mes amis les elfes venaient d'apparaitre. Je fis à nouveau le tour de la salle parfaitement apprêtée pour la soirée, je passe et vérifie les plats parfaitement alignés. J'époussète une poussière invisible sur ma veste, j'avais longtemps hésité sur ma tenue et j'avais fini par choisir quelque chose de simple. Sachant que je finirais forcément la soirée un peu dévêtu j'avais pris les devants en enfilant une simple veste de costard (tenue : http://img4.hostingpics.net/pics/551189007.jpg ). Mes cheveux, ayant poussé durant l'année, étaient repoussés vers l'arrière et dessinaient des ébauches de boucles. Ma tenue sans être trop classique ni excentrique était parfaite pour ce genre de soirée. Je remet en place une de mes mèches et regarde Angèle. Celle-ci affiche un petit sourire moqueur face à mes gestes impatients. Oui je suis stressé, il s'agit de la première fête que j'organise, j'ai le droit d'être un tantinet sur les nerfs. Ma meilleure amie paraît détendue alors que, moi, je résiste pour ne pas me ronger les ongles, ma manucure tout neuve ne s'en remettrais pas. Seul point positif, elle et moi on a pas arrêté de rire de la journée et d'échanger des regards complices. J'avoue que ça m'avais manqué. La salle est décorée à la sauce serpentard, du vert et argent aux murs, des tentures noirs brodées de fils d'argent, sur les tables des nappes vertes brodées de serpents argentés. Les couverts sont aussi aux couleurs serpentardes et quelques touches de jaune, rouge et bleu vienne égayé la pièce. Pour l'occasion la lumière est tamisée, une piste centrale a été installée ainsi que des tables et de quoi s'asseoir. Une pièce adjacente est prévue pour ceux qui se verraient dans l'incapacité de repartir dans leurs dortoirs, il ne faut pas se leurrer je connais les serpentards. Des pas se font entendre à l'extérieur de la salle, Je serra Angèle dans mes bras, lui glisse un "amuse toi" à l'oreille et enfile mon masque pour aller accueillir les premiers arrivants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angèle Yaxley

avatar

Messages : 1385
Date d'inscription : 09/05/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial: 1.Team Nathangèle 2.Team Mily 3.Team Rick, le psychopathe
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: soirée masquée pour un halloween débridé   Lun 31 Oct - 17:39

« Cher Journal,
Aujourd’hui est un jour particulier ; C’est le Jour J ! Voilà des semaines que je ne cesse d’écrire sur cette merveilleuse soirée d’Halloween, organisée par mon Noah d’Amour, et enfin, nous sommes le 31. Pour être franche, je n’ai presque pas fermé l’œil de la nuit, à la fois excitée, et stressée : Étant une des organisatrices de la soirée, je n’ai pas arrêté de penser aux plus petits détails, ceux qui pourraient tout faire foirer… Bien entendu, à force de ressasser tout ça, de repenser à tout ce que l’on a fait, j’ai été obligé d’admettre que je n’avais vraiment aucune raison d’avoir peur, et que cette soirée allait parfaite. Oui, j’en suis sûre et certaine, cette petite fête va rester gravée dans les mémoires de tous les invités pendant longtemps.
Malheureusement, nous sommes aussi lundi, et je dois me rendre en cours ; Autant dire que la journée va me paraître longue, trop longue. Mais tout va bien, ouais, pour la première fois depuis longtemps, je me réveille avec le sourire. Un vrai sourire. Pour la première fois depuis longtemps, je vais bien. »

Je range mon journal intime sous mon matelas, et pose ma plume sur la table de chevet, avant de sortir du lit, et de rejoindre la salle de bain pour me préparer. Au bout d’une vingtaine de minutes, je me dirige vers la salle commune vert et argent, et joue quelques secondes avec mon chaton, avant que Noah daigne enfin sortir de son dortoir. C’est main dans la main que nous partons vers la Grande Salle prendre notre petit déjeuner, puis nous dirigeons vers les salles de cours. La plupart des élèves parlent de la soirée de ce soir, enfin de l’officielle, celle que les profs ont organisé, et qui va être d’un ennui mortel. Oui, j’ai encore le souvenir du bal de la rentrée qui avait été… Eprouvant, oui, c’est le mot. Bref, seuls quelques privilégiés sont au courant, et invités, à la vraie fête, celle qui se déroulera à la Salle sur Demande : Bonne musique, alcool, jeux, sont aussi de la partie. Tous les ingrédients sont réunis pour que nous passions tous une excellente soirée. Il me tarde !
[…]
C’est fou comme le temps passe lentement… Les cours ont réellement été un vrai calvaire, et les profs ont tout de suite compris que personne n’avait la tête à étudier ce matin. Enfin, autant voir le bon côté des choses, il ne me reste plus qu’une après-midi à tenir, et après, je pourrai faire ce que je veux, je pourrai me lâcher complètement. Pour être franche, l’idée d’un bal masqué, à la fois classe et mystérieux, m’a tout de suite emballé ; Cacher derrière mon masque, je compte bien m’amuser et profiter de la soirée, comme avant…
Je parcours la table des serpentards du regard, et finit par trouver mon meilleur ami, assit un peu plus loin. Je commence alors à lui faire d’étranges signes, pour attirer son attention, pour le faire rire, pour m’amuser, pour retrouver nos délires d’il y a quelques temps. Au bout de quelques secondes, il me regarde, et je ne peux m’empêcher de rire devant la tête qu’il fait. Nous continuons donc notre petit manège pendant un certain temps, puis il est vite l’heure de retourner en cours…
[…]
Mes yeux balayent la salle de classe, et je m’aperçois vite que la moitié des élèves sont en train de rêver, de discuter, ou de dormir. Aucun d’entre eux ne suit réellement le cours, mais le professeur ne dit rien, il se contente de continuer son monologue, d’une voix monotone. Je pousse un petit soupire, et essaie tant bien que mal de prendre quelques notes, mais je n’arrive pas à rester au concentrer. Pour dire vrai, je n’arrête pas de penser à la soirée de ce soir, aux invités, à la décoration, à la musique. Oui, le stress recommence peu à peu à me gagner, mais il ne faut pas que je le montre, il faut que je paraisse détendue, pour ne pas inquiéter Noah, qui, à l’heure actuelle, se trouve dans les bras de Morphée. Un petit sourire apparaît sur mon visage, et je reporte mon attention sur le professeur ; Il demande aux élèves de rechercher dans leurs précédentes notes une date concernant un traité sur je-ne-sais-quoi. Comme certains de mes camarades, je m’exécute, et tente de retrouver la réponse dans mes anciens cours. Autant dire que j’aurais mieux fait de m’abstenir…
Une boule se forme dans mon estomac, mon cœur tambourine dans ma poitrine, tandis que je reste fixer sur un petit gribouillis dans le coin d’une page. C’est fou comme un simple « N.A » représenté dans un cœur fissuré peut ramener à la surface des choses qu’on aurait préféré réellement oublier. C’est fou comme ça peut faire mal… Au bout de quelques secondes, je décroche enfin mon regard de cet affreux dessin, et prend une grande inspiration, comme pour essayer de chasser toutes les émotions négatives qui m’ont assailli tout d’un coup. Toutes mes bonnes résolutions, toutes les promesses que je m’étais faite, et surtout ma bonne humeur, semblent s’être envolés au moment même où mon regard s’est posé sur le parchemin. Pourtant, la journée avait bien commencé, j’étais heureuse, impatiente, légèrement surexcitée, et jamais je n’aurais cru possible de me retrouver, d’une seconde à l’autre, dans le même état qu’il y a quelques semaines…
Il faut que je me ressaisisse ; Je ne peux pas laisser un simple gribouillis me mettre dans un état pareil, je ne peux pas laisser deux initiales pourrir ma journée, et sans doute la fête de ce soir. Non ! Il en est hors de questions !!
D’un geste rageur je fourre mes notes dans mon sac, et fait un petit signe au professeur pour qu’il comprenne que je n’ai pas trouvé la réponse. Puis je laisse aller ma tête entre mes mains, et ferme les yeux ; Malgré tout mes efforts, les souvenirs m’envahissent peu à peu, et je me rends compte que je me suis juste voilée la face. Je n’ai rien oublié, la douleur est toujours là, mais j’ai juste appris à vivre avec…
[…]
Il doit être aux alentours de 21h, la soirée va donc bientôt commencée, et je dois dire que je me surprends moi-même, je suis à peine stressée. Pour tout dire, Noah et moi avons fait les dernières retouches il y a à peine une heure, alors, je crois que maintenant tout est vraiment parfait. Je lance un regard à mon meilleur ami qui, depuis quelques minutes, n’arrête pas de tripoter sa tenue, ses cheveux. Je ne peux m’empêcher de me moquer gentiment de lui, ayant très vite compris qu’il était à la fois impatient et stressé, méga-stressé en fait.
Je m’attarde légèrement sur ses vêtements, son look, et je dois dire que le petit « sexy » que je lui ai lancé en arrivant dans la salle sur Demande était tout à fait approprié. Noah est très sexy, et toujours très élégant.
Un nouveau petit sourire apparait sur mon visage, mais avant que je n’ai pu dire quoi que ce soit, Noah me sert dans ses bras, m’ordonne de m’amuser, et file vers l’entrée accueillir les premiers invités.
Presque immédiatement après son départ, je sors un petit miroir de mon sac ; Pour l’occasion, je me suis légèrement maquillée, même si d’après Noah « ça ne sert à rien », étant donné que mon masque va cacher mes yeux. En parlant de masque, j’enfile rapidement celui que j’ai choisi, aux couleurs assortis à ma robe, et passe une main dans mes cheveux ondulés, sauvages, foufous. ( Robe : http://f4.img.v4.skyrock.net/f44/ninadobrev-officiel-fr/pics/3010045601_1_5_85WUfuXC.jpg )
Une fois les dernières retouches sur ma tenue faites, je m’avance rapidement vers le petit bar, et me sert mon tout premier verre de la soirée. Peu à peu, les invités arrivent, tous masqués, et un léger sourire en coin apparaît sur mon visage. Je trempe mes lèvres dans la boisson alcoolisée : Que la fête commence…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H. Nathaníel Auderic

avatar

Messages : 1462
Date d'inscription : 31/05/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial:
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: soirée masquée pour un halloween débridé   Dim 6 Nov - 13:49

L’inconvénient d’être un lève-tôt ? L’ennui. Oui parce que se réveiller en pleine forme à six heures du matin et terminer sa liste de choses à faire en quelques heures n’étaient vraiment pas la meilleure façon d’occuper le reste de sa journée. Il tournait tout simplement en rond depuis plusieurs heures, et manque de chance, tout le monde – les élèves, y compris Lily, y compris Panda, y compris Ysia – était en cours. C’était relativement déprimant, sachant qu’il devait attendre encore... un bon bout de temps avant vingt-et-une heures.
A partir de vingt-et-une heures, c’était la fête ! La vraie fête ! Pas le festin de pacotille que Poudlard réservait chaque année, le soir d’Halloween – donc aujourd’hui. Pour Nathaníel, ça paraissait invraisemblable de se rendre dans la Grande Salle alors que les Serpentards organisaient une soirée, un bal masqué, dans la Salle sur Demande. Il était presque tenté – ou simplement tenté – de dire « Sex, Drugs & Rock ‘n’ Roll ». Sans oublier l’alcool – ce qui, forcément, ne se trouverait pas au festin d’Halloween, honte à eux. Enfin soit. Entre le festin et la soirée, le choix avait été vite fait. C’était comme... retomber dans de vieux souvenirs, de vieilles habitudes – bien qu’ils ne les aient pas réellement perdues. Maintenant, il fallait espérer que Lily – cette très chère Iliana Evans – ne soit pas là. Elle avait toujours détesté que son grand-frère de cœur boive jusqu’à coma éthylique – façon de parler, bien sûr – et sans doute ne manquerait-elle pas une occasion de lui taper sur les doigts. Si l’occasion s’en présentait, bien sûr. Ou sinon, il pouvait l’éviter ! Ce serait beaucoup plus facile, d’autant plus qu’elle n’était pas au courant qu’il était invité.
Personne n’était au courant. C’était top secret ! En tout cas, il n’était pas prêt de dire que c’était Noah qui l’avait invité... parce qu’il lui devait bien ça, et faire un coup bas pareil après une « réconciliation », c’était... cruel, et bien peu loyal. Et surtout très mauvais joueur.
Bien sûr, il n’avait aucune raison de penser à ce détail. Sachant que c’était lui le fautif, depuis le début, il n’allait pas ramager là-dessus longtemps. La fierté, voyez-vous, l’empêchait littéralement d’avouer ses torts. Et même si c’était ce qu’il avait fait, dans un sens, il refusait catégoriquement de s’attarder sur ce sujet. Se reconnaître coupable et avouer ses fautes à Iliana étaient déjà difficile, alors aux autres... c’était purement impossible. Quoiqu’en fait, il le faisait aussi avec... Angèle Yaxley. Et le pire était que, justement, ce soir, il allait braver une nouvelle fois son interdiction personnelle de se fondre en excuses.
Nathaníel rit de lui-même, continuant sa contemplation du plafond. C’était ridicule. Réellement. Voilà qu’il s’abaissait à demander pardon aux gens... Il allait devoir remédier à cela... Créer un cercle de privilégiés et y inclure Lily, Panda, Ange et Noah, par exemple. Oui, il allait faire ça. Ceux qui ne faisaient pas partie de ce cercle pouvaient toujours attendre pour avoir des excuses de sa part, ou un simple « désolé ». Non mais sincèrement, il ne comprenait pas les personnes qui s’excusaient pour un rien, et ne voyait d’ailleurs pas l’utilité de s’excuser. Ce n’était que des mots, alors si en plus l’intention n’était pas derrière... Enfin, selon sa petite sœur, ça arrangeait des choses. Et ça arrangeait quoi, au fond ? La dernière fois qu’il s’était excusé – ou du moins une des dernières fois – on l’avait remballé en lui disant qu’un désolé ne changerait pas la situation, que le mal était fait... Et sous ses mots s’étaient cachés, selon lui, un très sympathique « Va te faire voir avec tes excuses. » Autre théorie. On pouvait facilement pardonner aux gens, mais oublier, tout de suite, c’était mission impossible... Alors Nathan décidait toujours d’avoir une longueur d’avance et de ne pas s’excuser du tout, pour les raisons citées précédemment. C’était simple, réfléchi... et lâche. Mais passons.

Les heures s’écoulaient, mine de rien. Et peut-être devrait-il commencer à chercher une tenue, vu qu’il prenait un sacré bout de temps pour le faire. Quel dilemme. Soit il restait sagement allongé sur son lit à fixer le plafond et serait alors pris de cours et devrait se dépêcher à se préparer, en dernière minute... Soit il se bougeait pour avoir liberté sur le temps. Il tourna la tête. Il était vingt heures et demie... Cela ne lui faisait qu’une heure... Et si déjà il devait arriver incognito, il ne devait pas non plus arriver en retard.
Il n’avait pas le choix, et ce serait bien la première fois. En grand flemmard qui a passé toute sa soirée dans sa chambre à regarder les heures tourner, il se glissa sur le côté et faillit bien se prendre les pieds dans... dans il ne savait pas trop quoi à vrai dire. Sa chambre était un véritable capharnaüm. Le plus dur fut d’atteindre la garde-robe, et cette fois, ce ne fut pas dans un livre qu’il faillit shooter, mais dans sa guitare. Il se maudit intérieurement : pas de maltraitance envers les objets, et encore moins les instruments de musique ! Finalement, s’énervant tout seul et surtout contre son sens du rangement quelque peu décalé, il repoussa tout ce qui était au milieu de la pièce vers les murs, et s’énervant encore un peu plus, il tapa plusieurs livres dans un tiroir, sur sa commode et d’autres meubles pour dégager le sol. Non, il ne mourrait pas stupidement aujourd’hui !
Il parvint toutefois à se préparer, malgré les péripéties... Il hésita longuement sur la couleur de la chemise, à savoir : blanche ou noire ? Finalement, il opta pour la blanche, de sorte de pouvoir mettre une veste de costard noire par-dessus. Et qui dit chemise déboutonnée aux premiers boutons et jean sombre dit... fameuses boots en cuir. En réalité, vous pourriez lui demander de venir en costard et soulier qu’il trouverait une excuse pour se mettre en jean et en bottes de motard ou bottines à lacets. De plus, il refusait, à chaque fois, de fermer sa veste, et aujourd’hui ne serait pas une exception. Le jeune homme se fixa longuement dans le miroir. Hors de question de toucher à ses cheveux ! Il les aimait comme tel, et ils resteraient comme tels. Lorsqu’on pouvait être classe peu importe l’apparence, autant en profiter. Et c’était bien ce qu’il comptait faire.
Il prit son masque entre ses doigts. Un masque relativement banal, rappelant cependant, de part sa couleur noir bleuté et son aspect, deux ailes de corbeau. Il ne savait plus vraiment où il l’avait trouvé, et pour être honnête, il ne l’avait jamais porté, si ce n’est une fois. Il prit son masque entre ses doigts... et l’enfila.

A l’entrée de la Salle sur Demande se trouvait Noah, reconnaissable par ses cheveux blonds. De là à dire qu’il y avait une certaine tension entre les deux garçons serait exagéré. Ce n’était pas pour rien qu’il y avait eu « réconciliation »... En espérant juste que ce soit définitif.
Nathaníel eut un sourire au coin, comme à son habitude – parce que vous soyez amis ou ennemis, tout le monde y passait. Autant dire que Lily, et encore plus la jeune Juliet Kovaleski, détestaient ça...

« Je te revaudrai ça. »

A vrai dire, ce n’était pas certain. Auderic ne faisait pas de cadeaux à des inconnus – oui, car Noah était un inconnu ; tout ce qu’il savait de lui, c’était qu’il était le meilleur ami et plus d’Angèle, et qu’il l’avait très amicalement invité au bal... Certes, Nath lui était reconnaissant pour ça, mais cela ne garantissait pas qu’il lui rende la pareille un de ces jours. Ou sinon, ce serait dans longtemps.
Enfin, il n’était pas voyant. Il ne pouvait pas être certain de ce qu’il avançait...
Donnant une tape sur l’épaule de Noah, il s’avança dans la salle, se fondant dans la petite foule déjà présente.
Que la fête commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shame Chesterfield

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 06/10/2011

Votre Sorcier
Rang Spécial:
Vie Sociale:
Particularité:

MessageSujet: Re: soirée masquée pour un halloween débridé   Lun 7 Nov - 15:54

Le soleil vient à peine de se lever lorsqu'une ombre longiligne traverse les froids corridors de Poudlard pour se rendre à la Grande Salle. Louboutin aux pieds, large pantalon fluide, bustier et veste tailleur, Shame avance d'un pas vif et rythme le couloir du claquement de ses talons. Même pour un ordinaire jour de classe, hors de question de s'habiller de nippes. Dans les corridors, tout est calme. L'enseignant de divination est du genre lève tôt. La plupart du temps, il n'y a pas grande monde à cette heure là. Parfois, on peut voir passer le professeur de vol à toute allure, comme s'il cherchait quelque chose. Arrivé à la grande salle où tout est déjà prêt – force est d'admettre que les elfes de maison font un travail remarquable – l'anglais constate avec satisfaction que l'endroit est désert. Trop de bruit dès le matin, c'est plutôt désagréable. Rien ne vaut le calme. La paix.

Une fois le petit déjeuner fini, l'animagus se dirige vers sa classe qui sera déserte quelques heures encore. Pas de cours ce matin. Il faudra attendre l'après midi pour que l'espace soit envahi par les élèves bruyants et passifs, pour que Shame doive leur faire rentrer dans le crâne une matière dont ils se moquent. Tsh ! Combien d'élèves se rendent compte de la chance qui leur est offerte avec cet enseignement ? Non pas que l'art divinatoire soit le plus essentiel. Le blond en a conscience. Mais tant qu'on a une chance d'apprendre, on devrait en profiter tant que ça dure. Certains préfèreraient dormir un peu plus tard si rien ne les force à se lever. Mais l'ancien Serdaigle s'y refuse, proprement et simplement. Il y a toujours du travail pour celui qui veut se donner à fond. Non pas que ce travail lui plaise, mais il faut bien vivre. Aimer ou ne pas aimer son emploi, ce n'est qu'un détail. Ce qui doit être fait ne peut souffrir aucun prétexte, ni être bâclé. Avec un soupir et un sourire pincé, le professeur de divination ouvre grand les fenêtres pour aérer cette salle confinée en haut d'une des hautes tours.

L'intérieur est confortable et chaleureux. Ce qui, au vu de la personnalité de l'enseignant, est plutôt étonnant. Moult coussin remplissent l'espace, une grande cheminé au fond se charge de chauffer la salle en hiver. Étonnamment, une grande fenêtre permet à la lumière de rentrer. Il n'y a pas de bureau ici. Des tables basses sont disposées ça et là, et on reconnaît la place du professeur au fauteuil de cuir qui trône. Son emplacement permet d'embrasser d'un seul regard toute la pièce. Dos au mur, il fait face à la porte qui est sur sa gauche, et à la fenêtre droit devant. Son emplacement à proximité de la cheminée lui donne un accès privilégié à la chaleur de celle-ci. Rangé derrière le fauteuil, un énorme pouf noir que Shame sort lorsqu'il s'agit de faire une démonstration. Contrairement à d'autres spécialistes, on ne peut pas dire que le jeune homme ait une fois aveugle en son art, pas plus qu'en l'avenir. La première chose qu'il enseigne à ses élèves est de se souvenir du passé. D'une façon ou d'une autre, c'est celui-ci qui éclairera l'avenir. Ici, nulle boule de cristal ou interprétation de volutes de fumée. Le genre de la maison, c'est plutôt le tarot, les runes divinatoires, les étoiles.

Une fois le tour de la pièce effectué pour voir si tout est en ordre, Shame s'assoit dans son fauteuil, amène à lui une table basse et commence à corriger des devoirs. C'est affligeant de voir comme les élèves peuvent le prendre pour un idiot. Enfin, « la » prendre. Pour tout le monde, il est cette femme au visage souvent fermé, parfois intimidant. Une femme à l'allure toujours soignée et impeccable, qui déambule en talon aiguille comme si de rien n'était. Pourtant, même s'ils n'écoutent pas forcément, ses élèves ont pour la plupart le bon goût de ne pas la provoquer. Parce que Shame qui fait les gros yeux et qui se fout en pétard, c'est baddant. De voir le calme assassin, l'imperméabilité apparente enrobée de sarcasme, ça en interpelle plus d'un qui pensait pouvoir faire enrager cette prof inutile. Leur erreur, ils ne la remarquent qu'une fois que la sanction tombe. Bam ! On reçoit le retour de boomerang sans bien comprendre au début. Difficile de savoir quand on a dépassé les limites sur le coup : c'est avec un temps de retard que l'on s'en rend compte. Du moins, pour les élèves.

En triant ses papiers, le professeur retrouve par hasard une invitation. Hmm ? La soirée des Serpentard. Un sourire amusé apparaît en relisant la lettre. Cette fameuse fête, ce n’est ni plus ni moins qu'une contre soirée organisée le soir même du bal d'Halloween. C'est d'ailleurs assez étonnant que l'on ai invité un enseignant.... Y en aura-t-il d'autres ? L'anglais ne sait pas encore s'il va y aller. L'idée de donner raison à des élèves plutôt que qu'à la direction est tentante. D'autant que le fameux Bal n'a pas l'air de beaucoup bouger, si on en croit les échos de ceux fait les années précédentes. Mais d'un autre côté, se retrouver au milieu d'ado ne rêvant que de s'enivrer et d'emballer.... Allons allons. Peut être que ceux là changerons un peu l'idée qu'il se fait de la jeunesse actuelle ? Et puis, s'il y va... ce sera toujours un bon moyen pour éviter qu'il n'y ai de débordement. Ayant fini de corriger les devoirs parfois affligeants de ses classes, l'animagus range l'invitation soigneusement. Oui, il ira. Peut être. Probablement.

Les heures se suivent et se ressemblent. Repas de midi, remonter dans la salle de classe, accueillir les élèves, rendre les copies, corriger leur erreurs, faire cour, ranger la classe vide une fois la journée finie.... Bon sang, que ça peut être monotone parfois. Par indulgence envers les adolescents qui s'endorment ou piétinent, par ennui et fatigue, l'enseignant décide de lâcher les fauves dix minutes en avance. Bon débarras. Après une tasse de thé sirotée en préparant la salle pour le lendemain, Shame réfléchit à la soirée à venir. Il est précisée qu'il faut est en noir à la sauce Serpentard. Ont-ils une façon typique de s'habiller ? Ah, et il faut un masque, en prime. Cela devrait pouvoir se trouver....

Une fois de retour dans ses appartements, il s'agit de faire vite. On ne peut pas dire qu'il soit en avance par rapport à l'horaire annoncé sur l'invitation... Quelle idée de trainer dans la salle de classe en rêvassant, aussi ! So stupid.... Après un rapide tour de l'armoire, tout est décidé. Pour compléter sa tenue, un petit loup vient s'ajouter. (cf avatar). Bien, tout est prêt ! Et pour une fois, ce ne seront pas les louboutins qui le chausseront ! Maintenant habillé pour la circonstance, Shame se dirige vers la salle sur demande où est organisée la soirée. Au cas où, il a pris l'invitation. On ne sait jamais, peut être la demanderont-ils. Lorsqu'il arrive sur place, il y a déjà du monde qui anime les parages. À l'interieur, la salle commence déjà être bien remplie. Un buffet avec boissons et apéritifs trône et a déjà ses fidèles qui y sont rassemblés. Bref, c'est une fête. Il y a du monde, beaucoup de monde. Trop de monde ?

Un petit sourire par ci par là à ceux qui la voient arriver, la fière enseignante de divination est incognito parmi ses élèves. Enfin, normalement.... Bon. Et bien maintenant, il ne reste plus qu'à profiter. On ne peut pas vraiment dire que l'animagus aime particulièrement ce genre de soirée, mais cela ne peut pas lui faire de mal de changer un peu d'ambiance de temps en temps. Et puis, c'est impressionnant ce que l'on peut découvrir sur les autres dans ce genre de cas. Il suffit de savoir tendre l'oreille. Se dirigeant au buffet, la silhouette longiligne se sert un vert puis se place discrètement contre un mur pour observer l'ambiance survoltée qui l'entoure. Tout le monde semble décidé à faire la bringue et à en profiter. Tout le monde semble pouvoir se lâcher. C'est bien, qu’ils en profitent. Être jeune, c'est aussi fait pour ça, non? Malgré tout, l'anglais préférerait qu'on ne fasse pas trop attention à lui. Mieux, que personne ne reconnaissent qui se cache derrière le masque. Le contraire serait.... Désagréable. Shame a horreur d'être fiché, et là ce serait foutu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: soirée masquée pour un halloween débridé   

Revenir en haut Aller en bas
 
soirée masquée pour un halloween débridé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeux pour l'halloween!!!!!!
» Pour vos soirée jeux.
» Conseils techniques pour maquillage d'Halloween :)
» Pour vos soirées
» Quel déguisement pour Halloween ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Âmes Mortes :: Poudlard - Intérieur du Château :: 7ème Etage :: Salle sur Demande-
Sauter vers: